2 min de lecture Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : les Français plébiscitent Macron et Le Pen mais pas un duel

ÉDITO - Les intentions de vote pour les candidats sont hautes, mais près de 7 Français sur 10 ne veulent pas d'un duel Macron / Le Pen. Olivier Bost décrypte les sondages.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Présidentielle 2022 : les Français plébiscitent Macron et Le Pen mais pas un duel Crédit Image : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Coline Daclin

Près de 7 Français sur 10 ne veulent pas d’un duel Emmanuel Macron / Marine Le Pen au prochaines élections présidentielles, selon un sondage Ifop. Mais les sondages, surtout d’intentions de vote, 20 mois avant une présidentielle, ne veulent rien dire sur le résultat 20 mois plus tard.

Aucune étude d’opinion n’a donné le vainqueur à ce moment-là du mandat, même par l’affiche du second tour. C’est normal, car ce n’est pas leur rôle. Ces sondages donnent en fait l’état de l’opinion aujourd’hui. Une photographie de la perception du paysage politique. Et les chiffres sont intéressants. 

En intention de vote, Emmanuel Macron comme Marine Le Pen sont à des niveaux incroyables. 27%, 28% pour chacun si le premier tour avait lieu demain. Emmanuel Macron réussit même un exploit : sa côte de confiance remonte de semaine en semaine. Il est au-dessus de son socle de premier tour de 2017 : du jamais vu sur toutes les dernières élections présidentielles.

L'exemple du cas Balladur

Pourtant, il ne faut pas confondre les intentions de vote quand on vous propose des candidats et les souhaits de victoire. À la question "qui souhaiteriez-vous comme candidats pour la majorité présidentielle", 19% des français répondent Emmanuel Macron dans un sondage récent de l’Ifop pour la Lettre de l’Expansion. 19%, c'est peu.

À lire aussi
De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020 débat
Islamisme radical : "Le pouvoir est indéniablement entré en guerre", estime Guillaume Roquette

Il y a un exemple que m’a rappelé un responsable des Républicains qui a vécu de l’intérieur l’élection présidentielle de 1995. Edouard Balladur caracolait en haut des sondages d’intentions de vote, il avait déjà gagné. Mais en fait, ce que ne regardait pas grand monde, c’est qu’il était très bas dans les souhaits de victoire. On se souvient de la suite : il s’effondre et ne passe pas le premier tour.

Il y a donc de la place pour 2022. Il existe aujourd'hui une insatisfaction qui ne trouve aucun débouché politique. Cela peut donner quelques espoirs aux oppositions et autoriser un peu près n’importe quelle candidature, même les plus loufoques. C’est sans doute ce qui va rythmer en partie la vie politique dans les mois qui viennent. Des tours de pistes pour voir s’il y a moyen d’aller un peu plus loin.

Tous ces sondages et études d’opinion ne disent donc rien de l’affiche pour 2022. Ils indiquent seulement que tous les signes pour une nouvelle vague de dégagisme sont là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2022 Marine Le Pen Rassemblement National
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants