2 min de lecture Politique

Présidentielle 2022 : les effets délétères d'un débat raté entre Le Pen et Darmanin

ÉDITO - Jeudi 11 février, Marine Le Pen et Gérald Darmanin se sont affrontés lors d'un débat plutôt "raté" dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2. Depuis, des questions de stratégie divisent la majorité.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Présidentielle 2022 : les effets délétères d'un débat raté entre Le Pen et Darmanin Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Camille Guesdon

Le débat entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin aura occupé le week-end. Même avec une audience très moyenne et quelques bâillements, cela reste un événement politique parce que ce débat produit, encore quatre jours après, des remous. Autant le dire tout de suite, ce n’est pas pour la performance de Marine Le Pen. La candidate à l’élection présidentielle a été plus qu’approximative. Elle s'est retrouvée plusieurs fois en difficulté et hésitante.

Mais ce qui reste de ce débat ce sont des petites phrases insidieuses. Il y a eu ce "je vous trouve molle" de Gérald Darmanin et à un autre moment, toujours de la part du ministre de l’Intérieur "je suis plus dur que vous". Tandis que Marine Le Pen rétorquait qu’elle aurait pu signer son livre sur le séparatisme, tout le monde a bien compris ce que Gérald Darmanin voulait dire. Le ministre de l’intérieur voulait montrer que la présidente du Rassemblement National lissait son image à l’excès, qu’elle cherchait à masquer son vrai fond idéologique.

Gérald Darmanin voulait faire tomber ce mur de respectabilité qu’elle construit pour 2022, mais il n’y est pas parvenu puisqu’elle n’a pas lâché sa ligne. Et cela laisse, encore quelques jours plus tard, une impression de front renversé assez déconcertant. Gérald Darmanin a participé à la dédiabolisation de Marine Le Pen. Il a semé le trouble dans la majorité et il a validé, sans le vouloir, un second tour face à Marine Le Pen et peut-être même une victoire.

La stratégie de la majorité contre Marine Le Pen

Les responsables de la majorité, invités ce week-end, ont donc été obligés de réagir. Non pas pour sauver le soldat Darmanin, mais pour remettre la ligne du gouvernement au clair. Et pour ça, ils ont tout simplement tapé de toutes leurs forces sur la présidente du Rassemblement National. Christophe Castaner, le prédécesseur de Gérald Darmanin et président des députés En Marche a dit dans Le Parisien : "Marine Le Pen est une ennemie de la République". Éric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice invité du Grand Jury sur RTL, l’a qualifié de "menteuse incompétente". Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, estime "qu’elle est dangereuse pour notre pays".

À lire aussi
Marine Le Pen
Immigration : Marine Le Pen est "comme un disque rayé", pour Gérald Darmanin

La majorité ne peut laisser s’installer la moindre idée de mollesse face à Marine Le Pen ou une connivence façon "on se retrouve au second tour". C’est l’adversaire numéro 1. Car le risque c'est que les oppositions installent l’idée que le meilleur rempart contre le Rassemblement National n’est plus forcément Emmanuel Macron. Le sondage Harris Interactive à recueilli 52/48 pour le président sortant au second tour, ce qui a déjà jeté un trouble ces dernières semaines. 

En plus, une part grandissante de l’électorat de gauche se cherche des excuses pour ne plus voter Macron au second tour, pour ne plus faire barrage au Rassemblement National. Pour la majorité, le débat raté et illisible de jeudi doit d’urgence être oublié.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Gérald Darmanin Marine Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants