1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les infos de 6h - Régionales : pas d'électrochoc, aucune région pour le RN
3 min de lecture

Les infos de 6h - Régionales : pas d'électrochoc, aucune région pour le RN

À 10 mois de la présidentielle, c'est un coup de massue pour le Rassemblement national. Le Front républicain a permis de bloquer l'accès à Thierry Mariani en PACA.

Bureau de vote. (Illustration)
Bureau de vote. (Illustration)
Crédit : THEO ROUBY / AFP
Élections départementales et régionales : les espoirs du RN balayés
10:11
Le journal RTL de 6h du 28 juin 2021
10:11
Vincent Derosier - édité par Marie Gingault

Aucune région dans l'escarcelle frontiste, une nouvelle fois. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour Marine Le Pen, surtout quand cette élection a été pensée comme un tremplin à 10 mois de la présidentielle. D'autant que la baffe électorale est brutale.

Zéro région. Un candidat favori des sondages qui s'écroule en PACA, et des prétendants incapables de bousculer les sortants ailleurs. Marine Le Pen a bien tenté d'engueuler ses électeurs au soir du 1er tour, mais l'électrochoc ne les a pas sortis du coma. Pas plus que le petit avion de tourisme avec sa banderole "Aller voter".

Pour la présidente du Rassemblement national, le constat est cruel. Comme en 2015, arriver en tête au 1er tour ne suffit pas à gagner. Pire, le Front républicain qui faisait ricaner certains politiques a permis à Renaud Muselier de triompher en région PACA. Mais plutôt que de dramatiser, le RN préfère chercher les raisons de la débâcle ailleurs : dans l'abstention, dans la prime aux sortants et dans l'organisation défaillante de l'élection par le gouvernement. 

Une carte rose et bleue

Du côté des gagnants, rien ne change. C'est la même qu'en 2015 : 5 régions socialistes, 6 de droite. Un président centriste en Normandie et une exception, la Corse et son assemblée avec ses propres règles. Le PS conserve la Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie,  la Bourgogne Franche-Comté et le Centre-Val-de-Loire tandis que la droite est à la tête des Hauts-de-France, de l'Île-de-France du PACA, du Grand Est, de l'Auvergne-Rhône-Alpes et de la région Pays de la Loire. Une carte rose et bleue donc, sans écolos, sans RN et sans marcheurs. LaREM atteint seulement 7 % des suffrages au niveau national, un coup de semonce dit Francois Bayrou. 

À lire aussi

Pour trouver des sourires et de l'optimisme, il faut regarder à droite. Trois candidats largement réélus, trois prétendants à la présidentielle qui ont tous parlé de la France dans leur discours : Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse. En pourcentage leurs scores sont impressionnants. En nombre de voix, vu l'abstention, un peu moins, mais qu'importe. Le candidat LR à la présidentielle doit être désigné à l'automne et la course est lancée ce lundi matin. 

Il reste un chiffre préoccupant ce matin, celui de l'abstention. L'électrochoc n'a pas eu lieu, les appels à se mobiliser sont restés vains. Deux tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Et les 2 Français sur 3 qui ne sont pas allés voter avaient tous une bonne raison de ne pas le faire. Mais mises bout à bout, les raisons invoquées peuvent inquiéter : mécontentement envers les politiques, aucune liste ne leur plaisait, manque d’intérêt, leur  vote ne changerait rien, pas d'impact sur la vie quotidienne. Tout cela montre un désenchantement profond, un désintérêt total pour la politique et ses effets. Et ce n'est pas pour rien si la plupart des leaders politiques ont réclamé hier une modernisation de la vie politique et démocratique à Emmanuel Macron.

À écouter également dans ce journal :

Affaire Troadec - Parole à l'accusé dans le procès du massacre de la famille Troadec. Hubert Caouissin, qui a reconnu avoir tué et massacrer son beau-frère, son frère et leurs deux enfants en février 2017, va devoir s'expliquer ce lundi. 


Tour de France - Le maillot jaune sur les épaules du petit fils de Raymond Poulidor, Mathieu van der Poel pour sa première participation. Troisième étape ce lundi entre Lorient et Pontivy : 183 kilomètres de course. 

Brevet - Ce lundi 28 juin marque le début des épreuves du brevet des collèges. 860.000 élèves de troisième sont appelés à plancher sur cet examen, qui à l'inverse du baccalauréat n'a pas été aménagé à la suite du coronavirus. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/