1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : 7 chiffres à retenir à l'issue du premier tour
5 min de lecture

Législatives 2022 : 7 chiffres à retenir à l'issue du premier tour

ÉCLAIRAGE - Abstention historique, peu de triangulaires, des candidats qualifiés dès le premier tour... Focus sur sept chiffres à retenir du premier tour des législatives.

Projection en nombre de sièges à l'issue du premier tour des législatives.
Projection en nombre de sièges à l'issue du premier tour des législatives.
Crédit : Flourish Chart x RTL
Marine Derquenne & AFP

Les électeurs ont voté. Résultat : la décomposition de notre vie politique se poursuit. La Nupes et la majorité présidentielle sont arrivées au coude à coude l'issue du premier tour de l'élection. Au niveau national, la coalition de gauche dirigée par Jean-Luc Mélenchon a obtenu 25, 66% des suffrages exprimés, contre 25,75% des voix récoltés par Ensemble!. Mais l'écart entre les deux partis fait polémique au lendemain du premier tour des élections législatives. 

D'autre part, des députés ont été élus dès le premier tour, tandis que d'autres, même s'ils ont obtenu plus de 50% des voix, sont en lice pour le second tour. L'abstention a atteint un niveau historique, mais malgré cela, il y a quelques triangulaires à l'issue du premier tour... Combien de duels prévus entre la gauche et le RN, combien de personnalités politiques ont été disqualifiées dès le premier tour ? RTL vous propose un tour d'horizon des chiffres à retenir.

52,49% : le record historique de l'abstention

25.696.476 abstentionnistes. Au total, le taux de participation s'élève à 47,51% d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur qui comptabilise 52,49% d'abstentions. Un taux d'abstention qui n'a cessé d'augmenter depuis 1997.

L'abstention dépasse les 70% en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane, le relève franceinfo. Dans la 1ère circonscription de Martinique à Saint-Joseph, l'abstention a atteint les 80%. Autrement, moins d'un électeur sur cinq est allé voter au premier tour. Dans la 7ème circonscription des Bouches-du-Rhône également, l'abstention a dépassé la moyenne nationale. 

21.000 voix d'écart entre la Nupes et Ensemble!

À écouter aussi

Au niveau national, il y a eu 21.000 voix d'écart entre la coalition de gauche et la majorité présidentielle. Au total, 5.857.561 électeurs ont voté pour Ensemble! et 5.836.202 en faveur de la Nupes. 
 
Mais les résultats ont rapidement été contestés par la Nupes, qui dénonce un "tripatouillage" de la part du ministère de l'Intérieur. Jean-Luc Mélenchon, lui, parle de "manipulation". "Il y a un doute sur ce que fait Gérald Darmanin avec les résultats (...). Je pense, si nous l'emportons, il faudra en tirer des conclusions.

Il n'est plus possible qu'un ministre puisse refuser une étiquette comme il a pu le faire pour nous la Nupes. Il a fallu que ce soit le tribunal qui l'oblige à la mettre. Puis manipule les résultats en reclassent les candidats en cours de route", a-t-il regretté au micro de LCI devant le QG de la Nupes.

271 circonscriptions où la Nupes et Ensemble! s'affronteront

Au second tour, les duels les plus fréquents opposeront un candidat de la majorité présidentielle à un rival de la Nupes. Au total, la majorité sortante et l'alliance de gauche s'affronteront dans 271 circonscriptions sur 577. Il y aura également 25 duels entre le RN et Les Républicains, qui affronteront également la Nupes dans 18 circonscriptions et Ensemble dans 24. Ensemble! sera confronté au RN dans 107 d'entre elles.

La question du barrage à l'extrême droite se posera aussi dans les 62 circonscriptions où le parti de Marine Le Pen affrontera la Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon. À l'issue des résultats, la majorité présidentielle a refusé de donner une consigne de vote pour les circonscriptions où la Nupes et le RN s'affronteraient au second tour. Mais ce matin sur RTL, Olivia Grégoire, la porte-parole du gouvernement, a assuré qu'aucune voix ne devait aller à l'extrême droite. De son côté, Élisabeth Borne en déplacement dans le Calvados, a assuré que "face au RN, la majorité soutient les candidats 'Républicains". "On a quelques dizaines de circonscriptions dans lesquelles on a un duel entre RN et Nupes. Notre position c'est : 'aucune voix pour le Front national'. Ensuite, quand on a des candidats Nupes, très clairement, si on a affaire à un candidat qui ne respecte pas les valeurs républicaines qui insulte nos policiers, qui demande de ne plus soutenir l'Ukraine, qui veut sortir de l'Europe, nous n'appelons pas à voter pour lui", a-t-elle déclaré.

8 triangulaires à l'issue du premier tour

Les triangulaires sont au nombre de huit lors du second tour, contre une seule il y a cinq ans. Malgré cette progression, elles demeurent rares en raison également de l'abstention, le candidat arrivé troisième devant obtenir un nombre de voix au moins égal à 12,5% des inscrits. La Nupes et Ensemble! sont présents dans chacune des huit triangulaires. 

Cinq circonscriptions mettront aux prises un candidat d'Ensemble!, de la Nupes et du RN : la 3ème de la Dordogne, la 1ère et la 2ème du Lot-et-Garonne, la 2ème de la Nièvre et la 2ème du Tarn. Dans deux circonscriptions des Hauts-de-Seine, la 2ème et la 3ème , la triangulaire opposera LR à la Nupes et à Ensemble!. Enfin, dans la 2ème du Lot, il y aura un candidat PS dissident face à la Nupes et à la majorité présidentielle. 

11.300 communes placent le RN en tête

Un score historique. Comme lors de la présidentielle, le RN arrive en tête en nombre de communes. Le RN a conquis environ 11.300 sur près de 35.000, devant Ensemble! avec plus de 9.000, la Nupes (près de 7.500) et LR (environ 4.900). Au second tour de la présidentielle, Marine Le Pen s'était imposée dans plus de la moitié des communes françaises, la plupart d'entre elles, situées dans les zones rurales, comptant moins de 1.000 habitants.

5 députés élus déjà qualifiés

Cinq candidats ont été élus dès le premier tour, quatre pour la Nupes et un pour la majorité présidentielle sortante Ensemble!. Les quatre députés de gauche qui n'auront pas besoin de croiser le fer dimanche prochain sont tous basés en Ile-de-France : il s'agit des sortants Insoumis de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière (7e circonscription) et de Paris, Danièle Obono (17e circonscription), ainsi que deux nouvelles députées LFI à Paris, Sophia Chikirou (6ème circonscription) et Sarah Legrain (16ème circonscription). Pour sa part, Yannick Favennec-Bécot, ex-UDI passé à Horizons, est parvenu à se faire réélire pour un 5ème mandat obtenant 57,13% des voix dans la 3e circonscription de Mayenne. En 2017, deux députés LaREM avaient été élus dès le premier tour, un UDI et un divers gauche. 

En raison de la faible participation, certains candidats ayant dépassé la barre des 50% devront tout de même se soumettre à un second tour, car le nombre de voix obtenues doit être au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits. C'est le cas, par exemple, de Marine Le Pen dans sa circonscription du Pas-de-Calais où elle s'est imposée avec 53,96% des suffrages. Pour les mêmes raisons, l'insoumis Manuel Bompard, qui se présentait dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône du sortant Jean-Luc Mélenchon, n'a pas encore certifié son siège, bien qu'il ait recueilli 56,04% des voix.

4 anciens ministres ou candidat à la présidentielle éliminés dès le premier tour

Deux anciens membres du gouvernement ont mordu la poussière lors du premier tour : l'ex-ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, éliminé dans la 4e circonscription du Loiret, mais qui va déposer un recours, et l'ex-ministre du Logement Emmanuelle Wargon dans la 8ème circonscription du Val-de-Marne.

Le polémiste d'extrême droite Éric Zemmour est, quant à lui, tombé dans la 4ème circonscription du Var où il tentait d'obtenir un premier mandat. Quant à l'ancien Premier ministre Manuel Valls, candidat de la majorité, il n'a pas franchi le premier tour dans la 5ème circonscription des Français de l'étranger, qui avait voté il y a une semaine déjà.