2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : des députés Modem pour le vote à distance, le gouvernement réticent

Jean-Noël Barrot, député Modem des Yvelines, a demandé au gouvernement d'ouvrir le "chantier" du vote par correspondance ou numérique. Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a souligné le risque de fraudes.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale le 10 novembre 2020
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale le 10 novembre 2020 Crédit : Thomas COEX / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Aux États-Unis, Joe Biden a été élu 46e président de la République alors que la participation a été dopée par les votes par correspondance. Des votes que le camp Trump juge frauduleux et qu'il aimerait voir annuler. En France, les élections régionales et départementales prévues pour mars 2021 sont en passe d'être reportées à juin, en raison de la seconde vague de l'épidémie de coronavirus. Le vote par correspondance ou le vote numérique pourraient-ils sauver cette élection et permettre au plus grand nombre de participer ? 

Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale ce mardi 10 novembre, le député MoDem des Yvelines Jean-Noël Barrot a demandé d'ouvrir ce "chantier difficile" et a rappelé qu'une proposition de loi a été déposée en ce sens. Rappelant le "rôle-clef" du vote à distance dans l'élection américaine, il estime que "la progression de l'abstention n'est pas une fatalité" et que "la France peut aussi traverser les crises sans mettre la démocratie à l'arrêt". 

"Nos concitoyens ne doivent pas avoir à choisir entre l'expression de leurs droits civiques et leur santé, a-t-il ajouté. La France a renoncé au vote par correspondance en 1975 pour des risques de fraudes. 50 ans plus tard, ne sommes-nous pas capables de les maîtriser ?" Jean-Noël Barrot a rappelé que les députés des Français de l'étranger sont élus ainsi. 

Le gouvernement botte en touche

Chargé en tant que ministre de l'Intérieur de l'organisation matérielle des élections, Gérald Darmanin a répondu que "le système électoral français [fonctionnait] et qu'il [correspondait] sans doute à certain nombre de critères qui [empêchaient] peut-être d'aller vers le vote à distance." 

Les possibilités de fraudes qui ont conduit à la suppression du vote par correspondance "n'ont pas beaucoup changé", selon Gérald Darmanin, "même si évidemment le service public de la Poste contribue à la vie électorale par le port des plis, des bulletins de vote ou des professions de foi avec parfois un certain retard post-jours de l'élection."

À lire aussi
Coronavirus France
Reconfinement annoncé : "C'est une boulette de ma part !", admet le maire de Cabourg

"Nous ne sommes pas capables au ministère de l'Intérieur d'être sûr que le vote par correspondance, comme le vote électronique, soit complètement incontestable vu que des cas de fraudes peuvent être relevés, a ajouté le ministre de l'Intérieur. "Je souhaite qu'on puisse voter librement dans un isoloir", a conclu le ministre, qui a estimé que cela limitait le risque d'intervention d'un tiers pouvant faire pression sur l'électeur. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants