2 min de lecture Animaux

Covid-19 : un député veut fermer les élevages français de visons "dans les mois qui viennent"

INVITÉ RTL - Loïc Dombreval, député LaREM des Alpes-Maritimes et vétérinaire, estime qu'au regard de toutes les similitudes qu'il y a entre le vison et l'homme concernant le Covid-19, "les mesures de précautions s'imposent". Il appelle à la fermeture de ces élevages "dans les mois qui viennent".

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Covid-19 : Loïc Dombreval veut fermer les élevages de visons "dans les mois qui viennent" Crédit Image : L214 | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Sarah Ugolini

Faut-il précipiter la fin de l'élevage des visons en France ? Loïc Dombreval, député LaREM des Alpes-Maritimes et vétérinaire de formation, s'inquiète sur RTL du risque de contamination par la Covid-19 entre les visons et l'homme, alors que 15 millions de ces animaux sont abattus au Danemark pour avoir transmis à l'homme une version mutée du virus. 

Selon lui, "les visons font partie d'une famille de mammifères, d'animaux, qui ont quasiment les mêmes récepteurs que nous au coronavirus dans leur cavité nasale". Le député LaREM affirme ce mercredi 11 novembre que "cette similitude fait qu'il y a des transmissions croisées de l'homme à l'animal et de l'animal à l'homme du coronavirus". Pour Loïc Dombreval, le fait qu'il s'agisse en plus d'un virus muté "complique terriblement la stratégie de mise en place d'un vaccin aujourd'hui en route".  

Le député LaREM invite donc à prendre toutes les précautions nécessaires en France. "Je dis qu'au regard de toutes les similitudes qu'il y a entre le vison et l'homme avec le Covid, les mesures de précaution s'imposent", insiste-t-il. Loïc Dombreval rappelle que les Hollandais, qui sont les quatrièmes producteurs mondiaux de fourrures de visons, ont pris des mesures de précaution avant même les Danois en fermant leurs élevages dès le premier semestre 2020. 

Quand la santé humaine humaine est en jeu, il ne faut pas prendre de risque

Loïc Dombreval, député LaREM des Alpes-Maritimes, sur RTL
Partager la citation

"En France, il n'y a que quatre élevages et je pense qu'il faut que l'Anses se saisisse de cette question et aille voir le statut sanitaire des visons et des éleveurs de visons", assure le vétérinaire de formation. "S'il y avait la moindre contamination, il faudrait confiner l'élevage", ce qui serait très compliqué. "Quand la santé humaine humaine est en jeu, quand il y a le moindre doute, il ne faut pas prendre de risque", conclut Loïc Dombreval, qui appelle à la fermeture de ces élevages de visons "dans les mois qui viennent".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Danemark Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants