1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Delphine Jubillar : "Je vais la tuer et personne ne la retrouvera", aurait dit son mari
2 min de lecture

Delphine Jubillar : "Je vais la tuer et personne ne la retrouvera", aurait dit son mari

"Elle m’énerve. Je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera". Tels sont les propos qu'aurait tenu le mari de Delphine Jubillar, infirmière de 33 ans, quelques semaines avant sa disparation à Cagnac-les-Mines le 16 décembre dernier.

Cédric Jubillar.
Cédric Jubillar.
Crédit : Fred SCHEIBER / AFP
Cassandre Jeannin

Cela fait plus de six mois que Delphine Jubillar a disparu dans le Tarn. Le 16 juin dernier, son mari, sa belle-mère et le compagnon de sa belle-mère avaient été placés en garde à vue. La mère de Cédric Jubillar aurait fait des révélations aux enquêteurs et se serait souvenue d'une phrase que son fils aurait prononcée devant elle quelques semaines avant la disparition de Delphine : "Elle m’énerve. Je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera".

Selon nos informations, cette phrase, révélée par Le Parisien, aurait bien été dite par le mari de la disparue. Jean-Baptiste Alary, l'un des avocats de Cédric Jubillar, reconnait que son client a bien tenu ces propos sur un coup de colère mais qu'ils ne présentent, selon lui, pas un élément à charge.

Dans cette affaire, la piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs. Cédric Jubillar avait été entendu fin avril en "qualité de partie civile" par les juges, placé en garde à vue mi-juin, mis en examen le 18 juin pour "homicide volontaire par conjoint" et placé en détention provisoire à Seysses en Haute-Garonne. Les avocats du suspect ont demandé sa remise en liberté, qui sera examinée ce mardi 6 juillet à Toulouse.

Rappel des faits

L'infirmière et mère de famille de 33 ans avait disparu le 16 décembre de son domicile de Cagnac-les-Mines, près d'Albi. À la suite de cette disparition, une information judiciaire avait été ouverte pour "enlèvement, détention ou séquestration". Les gendarmes de la Section de recherche ont sondé lacs et rivières, mené des battues dans les champs et les bois autour du village où la jeune femme habitait avec son mari et ses deux garçons, une maison qui a été plusieurs fois perquisitionnée

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/