1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Bordeaux : une femme tuée par son ex-conjoint contre qui elle avait porté plainte
2 min de lecture

Bordeaux : une femme tuée par son ex-conjoint contre qui elle avait porté plainte

Sandra P., 31 ans, mère d'une fillette de 4 ans, a été tuée vendredi 2 juillet. Elle avait porté plainte contre son ex-conjoint pour des faits de harcèlement après leur rupture. Ce dernier a été interpellé.

Un brassard de police. (Illustration)
Un brassard de police. (Illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Louis Chahuneau

Deux mois après le meurtre de Chahinez Boutaa par son ex-conjoint violent, le quartier de Saint-Augustin à Bordeaux est de nouveau endeuillé. Et il s'agit à nouveau d'un féminicide. Vendredi 2 juillet, Sandra P., 31 ans, mère d'une fillette de 4 ans, aurait été tuée par son ex-conjoint, Mickaël F., 37 ans. La petite fille n'était pas présente au moment du drame.

Selon Le Parisien qui rapporte le fait divers et cite la procureure de la République de Bordeaux Frédérique Porterie dans un communiqué : "Les premiers effectifs ont pénétré par le portillon d’accès à la maison mais personne ne répondant aux appels, ils sont entrés à l’intérieur du domicile et ont découvert le corps sans vie d’une femme dans le salon, le visage en sang, portant manifestement des coups de couteau".

C'est un riverain, qui affolé par les cris d'une femme au domicile de Sandra P., avait appelé la police, mais les effectifs sont arrivés trop tard pour empêcher le meurtrier de la poignarder. 

Une affaire qui rappelle le féminicide de Mérignac

L'homme, qui avait été condamné plusieurs fois par la justice mais pas pour des faits de violence, s'est ensuite barricadé à son domicile, et a menacé de se suicider. Une équipe du RAID est intervenu, notamment en utilisant des grenades assourdissantes, comme le rapporte Le Parisien, pour interpeller l'individu, ce qui a provoqué une certaine agitation dans ce quartier résidentiel, à l'écart du centre-ville de Bordeaux.

À lire aussi

Sandra et son meurtrier présumé étaient séparés depuis fin janvier, selon Le Parisien, mais l'ex-conjoint la harcelait régulièrement. Des voisins avaient signalé plusieurs fois ces faits au commissariat et Sandra avait fini par porter plainte contre lui. Il devait comparaître le 16 novembre devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il risque désormais la prison à perpétuité.

Comme pour le meurtre de Chahinez Boutaa, le meurtrier présumé de Sandra avait interdiction d’entrer en contact avec son ex-femme, l’obligation de se soumettre à des soins et d’en justifier. La victime avait peur de lui, au point que ses parents étaient venus habiter chez elle jusqu’au printemps, comme le rapporte Le Parisien. Selon le parquet, la petite fille de 4 ans, dont la mère avait la garde exclusive, fait désormais l’objet d’une prise en charge psychologique et sociale.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/