2 min de lecture Islamisme

Assassinat de Samuel Paty : quel rôle ont joué les collégiens ?

Le procureur de la République antiterroriste Jean-François Ricard a précisé le rôle des deux collégiens présentés à un juge après l'assassinat de Samuel Paty.

Le procureur de la République antiterroriste Jean-François Ricard le 21 octobre 2020 à Paris
Le procureur de la République antiterroriste Jean-François Ricard le 21 octobre 2020 à Paris Crédit : Thomas SAMSON / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Samuel Paty a été assassiné par un islamiste tchétchène, Abdoullakh Anzorov, après que ce professeur d'Histoire-géographie avait fait un cours sur la liberté d'expression, montrant notamment des caricatures du prophète Mahomet. Ce mercredi 21 octobre, le procureur de la République antiterroriste Jean-François Ricard a précisé les modalités de l'aide apporté par certains collégiens à l'assaillant. 
"Si l'auteur des faits ne bénéficiait pas du patronyme de l'enseignant, du nom et de la localisation du collège, il ne disposait pas de moyens permettant de l'identifier. Or, cette identification n'a été rendue possible que grâce à l'intervention de collégiens du même établissement", a indiqué en préambule Jean-François Ricard.

À son arrivée aux abords du collège vers 14 heures, Abdoullakh Anzorov cherchait à identifier sa future victime. Il a abordé pour se faire une élève en lui proposant la somme de 300 ou 350 euros, a expliqué le procureur. 

Anzorov aurait déclaré avoir l'intention de filmer le professeur, de l'obliger à demander pardon, de l'humilier, de le frapper.

Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste.
Partager la citation

Le collégien qui a accepté s'est vu remettre une partie de la somme et est resté sur place avec l'auteur des faits jusqu'à l'arrivée d'autres camarades vers 16 heures. Certains se joignirent alors à lui, après qu'il leur expliqua l'objet de sa mission. Il leur a offert de partager la somme d'argent. D'autres refusèrent de rester.

Le collégien qui avait reçu l'argent avec un de ses camarades a donné une description physique de Samuel Paty à Abdoullakh Anzorov. Ce dernier aurait déclaré avoir l'intention de filmer le professeur, de l'obliger à demander pardon pour la caricature du prophète, de l'humilier, de le frapper. 

À lire aussi
justice
Bonbonnes de gaz à Paris : trois suspects renvoyés aux assises

Ces deux mêmes collégiens se mirent peu après à l'écart avec Abdoullakh Anzorov afin, semble-t-il, de se dissimuler des caméras de vidéosurveillance et d'un véhicule de police en patrouille à proximité. Peu avant 17 heures, plusieurs adolescents ont désigné Samuel Paty à l'assaillant au moment où il sortait du collège

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Islamisme Terrorisme Collège
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants