2 min de lecture Nucléaire

Tchernobyl : un gigantesque feu à "1,5 km" de la centrale, selon Greenpeace

Un feu de forêt important touche actuellement la zone d'exclusion autour de Tchernobyl. Les autorités ukrainiennes se montrent rassurantes mais Greenpeace prévient que le feu n'est pas maîtrisé.

Un feu de forêt autour de Tchernobyl (Ukraine) le 12 avril dernier
Un feu de forêt autour de Tchernobyl (Ukraine) le 12 avril dernier Crédit : Volodymyr Shuvayev / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

C'est ce qu'on appelle une guerre de communication. Ce lundi 14 avril, un important incendie était toujours en cours à proximité du site de l'ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. Plus de 400 pompiers étaient mobilisés pour lutter contre le feu. Les autorités rassurent mais des observateurs tirent la sonnette d'alarme : les flammes approchent dangereusement de la centrale.

Sur Facebook, Volodymyr Demtchouk, un haut-responsable des services d'urgence ukrainien indique que la situation est sous contrôle : "la centrale nucléaire de Tchernobyl, les lieux de stockage de déchets radioactifs et les autres infrastructures cruciales de la zone d'exclusion ne sont pas menacés."

Selon lui, les soldats du feu sont aujourd'hui mobilisés principalement pour localiser les zones d'incendie et éviter qu'ils ne se propagent. Des hélicoptères bombardiers d'eau sont utilisés pour lutter contre le feu, entretenu par des vents violents. Le 4 avril dernier, un homme de 27 ans dit avoir mis le feu à l'herbe "pour s'amuser." Il risque jusqu'à cinq ans de prison.

Greenpeace alerte sur les risques nucléaires

Pourtant, Greenpeace soutient que le feu n'est qu'à "environ 1,5 kilomètres" de l'arche recouvrant le réacteur de la centrale de Tchernobyl, qui a explosé en avril 1986. Selon l'ONG écologiste, ce n'est rien d'autre que le pire incendie jamais observé dans la zone d'exclusion de Tchernobyl.
Depuis plusieurs jours, les autorités ukrainiennes n'ont pas donné d'estimations récentes sur la taille de l'incendie. Selon Sergiy Zibtsev, directeur du Centre régional de suivi des incendies en Europe de l'Est, basé à Kiev et lié à un programme des Nations Unies, le feu est "gigantesque" et "imprévisible".  "Dans l'ouest de la zone d'exclusion, il a déjà couvert 20.000 hectares selon nos estimations", a-t-il affirmé à l'AFP.

À lire aussi
Un membre de l'AIEA, à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, le 17 février 2015. Fukushima
Fukushima : les autorités vont rejeter l'eau contaminée dans le Pacifique

Le directeur d'une association organisant des visites guidées dans la zone d'exclusion, Yaroslav Iemelianenko, a lui affirmé sur Facebook que l'incendie avait atteint la ville fantôme de Pripiat, évacuée après la catastrophe.

Les autorités ukrainiennes tentent de rassurer

De son côté, le vice-ministre ukrainien de l'Intérieur, Anton Gerachtchenko a indiqué sur Facebook que les sites de stockages de déchets radioactifs sont "totalement en sécurité". Les autorités ukrainiennes affirment que le feu n'a pas causé d'augmentation du taux de radioactivité.

Après le début de l'incendie, le chef par intérim de l'inspection écologique gouvernementale, Iegor Firsov, avait toutefois indiqué que les niveaux de radiation dans l'épicentre de l'incendie dépassaient largement les normes. Il était ensuite revenu sur ses propos.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Ukraine Feu
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants