1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Europe : le reconfinement porterait-il déjà ses fruits ?
3 min de lecture

Coronavirus en Europe : le reconfinement porterait-il déjà ses fruits ?

DÉCRYPTAGE - L'Allemagne connaît des "premiers signes" d'amélioration de la courbe des infections au Covid-19, a indiqué jeudi 12 novembre l'institut de veille sanitaire Robert Koch.

Illustration d'un homme faisant de l'exercice dans un parc de Stuttgart
Illustration d'un homme faisant de l'exercice dans un parc de Stuttgart
Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP
Thomas Pierre

Le reconfinement aurait-il déjà un effet bénéfique sur le nombre de cas de coronavirus ? Mises en place dans plusieurs pays européens depuis une quinzaine de jours pour lutter contre la pandémie de Covid-19, les résultats de ces nouvelles restrictions se montrent déjà, chez certains de nos voisins, relativement encourageants. Petit tour d'horizon. 

L'Allemagne, qui a fermé pour un mois ses bars, restaurants et de nombreux équipements collectifs, connaît en effet de "premiers signes" d'amélioration de la courbe des infections au nouveau coronavirus, a indiqué jeudi l'institut de veille sanitaire Robert Koch. "La courbe s'aplatit", a déclaré son directeur, Lothar Wieler, précisant cependant que les distances sociales ou le port du masque, allaient "longtemps nous accompagner". La situation reste cependant "très grave" outre-Rhin avec près de 22.000 nouveaux cas recensés dans les dernières 24 heures.

Premier pays à avoir institué un nouveau confinement (de six semaines), le 21 octobre dernier, les chiffres de l'Irlande parlent d'eux-mêmes. Avec 145.2 nouveaux cas pour 100.000 habitants en 14 jours, Dublin comptait mercredi 11 novembre le taux d'incidence le plus faible, après la Norvège et la Finlande, de l'Union européenne, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ESDC). Débutée à la fin du mois dernier, l'inflexion de la courbe du nombre de nouveaux cas quotidien s'y confirme bien, selon l'université John Hopkins. Autre constat, le taux de reproduction du virus y est passé en dessous de 1, ce qui signifie que l'épidémie régresse. 

En Angleterreconfinée seulement depuis le 5 novembre mais où les écoles restent ouvertes, la situation montre elle-aussi quelques signes d'amélioration. Le nombre de nouveaux cas (environ 23.000 mercredi) restent stables depuis dix jours, même si le pays a enregistré mercredi 595 morts supplémentaires, portant à 50.365 le nombre total de personnes décédées. Face à cette deuxième vague, le gouvernement britannique a instauré un nouveau confinement qui doit s'achever le 2 décembre.

"Une tendance à la baisse"

À lire aussi

Plus au sud, en Espagnequi a passé mercredi la barre des 40.000 morts, la situation sanitaire présente, dans son ensemble, de légers signes de décru du nombre de nouveaux cas : 36.491 enregistrés mercredi, contre 55.019 le 2 novembre dernier. La veille, Madrid avait connu un record de décès : plus de 400 morts en 24 heures . Des chiffres "préoccupants", mais qui reflètent toutefois "une tendance à la baisse", selon les autorités, "Les chiffres commencent à confirmer une stabilisation" de l'épidémie, a assuré mercredi le ministre de la Santé Salvador Illa. Madrid dit toujours écarter un confinement total. 

Enfin, dernier exemple encourageant, celui de la Belgique. Le nouveau confinement, entré en vigueur le 30 octobre, commence à porter ses fruits. La courbe de nouveaux cas a en effet chuté depuis la mise en place des mesures. Quand près de 24.000 étaient recensés le 29 octobre, moins de 8.000 étaient enregistrés mercredi 11 novembre, après être descendu jusqu'à 2.393 dans les jours précédents. Des effets bénéfiques qui se retrouvent aussi dans les salles d'urgences. Selon des chiffres recueillis par Le Monde, les hospitalisations (7 058, mercredi 11 novembre) et les placements en soins intensifs (1 470) ont ainsi considérablement régresser. Là encore, le taux de reproduction du virus est passé en dessous de 1

Ces données augurent-elles pour autant du bout du tunnel épidémique ? Rien n'est moins sûr. Les prochains chiffres devront confirmer cette tendance à la baisse avant d'espérer pouvoir lever les mesures de confinement en Europe. En attendant, et même si les dernières avancées quant à la découverte d'un vaccin s'annoncent prometteuse, la prudence reste de mise. Pour rappel, depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.275.113 morts dans le monde. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/