2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus aux États Unis : la barre des 10.000 morts bientôt atteinte

Alors que la ville de New York et son agglomération restent la région la plus touchée, le principal collaborateur de Donald Trump sur les questions de santé a affirmé que cette semaine allait être la plus difficile et la plus triste dans la vie de la plupart des Américains.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Coronavirus aux États Unis : la barre des 10.000 morts bientôt atteinte Crédit Image : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Quentin Marchal

C'est une barre à la fois tragique et symbolique que les États Unis s'apprêtent à dépasser, celle des 10.000 morts liés à l'épidémie de coronavirus. Ce bilan comprend 2.500 cas dans la ville New York, épicentre du Covid-19 dans le pays et autour de 4.000 dans son agglomération.

Pour donner un ordre d’idée, 10.000 morts, c’est trois fois plus que lors des attentats du 11 septembre et 2.500 morts dans New York c’est plus que le nombre de militaires américains tués en 18 ans de guerre en Afghanistan, déclenchée après le 11 septembre 2001. Ce dimanche 5 avril, l’administration Trump a elle-même évoqué ce souvenir et le principal collaborateur du président américain sur les questions de santé a prévenu dans plusieurs entretiens que les États-Unis vont vivre cette semaine comme un 11 septembre et comme un Pearl Harbor.

Ce sont des références qui pèsent lourd ici, dans ce pays jeune, qui n’a jamais été envahi. Ces deux attaques sur son sol sont deux véritables blessures qui ont marqué l’Histoire.
Ce médecin nommé par le président Trump prévient d’ailleurs que cette semaine va être la plus difficile et la plus triste dans la vie de la plupart des Américains.

Donald Trump critiqué pour la mise à pied d'un capitaine

De son côté, Donald Trump se montre plus optimiste. Dans les dernières heures, il a dit à plusieurs reprises qu’il commence à voir la lumière au bout du tunnel et a parlé avec insistance de la chloroquine et des essais en France. Il montre à nouveau son impatience sur la réouverture de l’activité économique, et il y a eu des tensions très fortes en coulisses entre les scientifiques qui insistent pour prolonger les mesures et ses conseillers économiques qui s’inquiètent de le récession et de l’explosion du chômage dans le pays.

À lire aussi
Une urne électorale (image d'illustration) coronavirus
Coronavirus : après un mois dans le coma, un maire est réélu sur son lit d'hôpital

Dernièrement, il a aussi approuvé la décision de l’US Navy de mettre à pied le capitaine d’un porte avion nucléaire, l’USS Roosevelt, dans le Pacifique. La semaine dernière, le capitaine a écrit une lettre à sa hiérarchie, demandant que les marins puissent débarquer sur l’île américaine de Guam, car il y avait plusieurs cas de coronavirus et qu’il est impossible de respecter les consignes de confinement ou de séparation à bord. Il écrivait que l’Amérique n’est pas en guerre et donc qu’il n’y a aucune raison que des marins meurent.

Or, le Pentagone n’a rien voulu entendre et le capitaine a été limogé même si certains marins ont pu descendre à Guam. Des vidéos prises à bord les montrent acclamer leur capitaine, pendant qu’il quitte seul le navire, démis de ses fonctions pour avoir protégé ses hommes. Depuis on a appris que le capitaine a lui même été contaminé par le virus, comme au moins 155 autres marins qui étaient à bord. Et les critiques contre Donald Trump ne manquent pas de pleuvoir après cette mise à pied.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants