3 min de lecture États-Unis

Arctique : 2019, l'année où les États-Unis ont voulu racheter le Groenland

Tous les jours, Jean-Mathieu Pernin revient sur une actualité oubliée de 2019. Une information qui n’a pas fait la Une mais qui l’aurait peut être mérité. Aujourd'hui, la bataille de l'Arctique entre la Russie et les États-Unis.

micro générique Ça s'est aussi passé en 2019 Jean-Mathieu Pernin
>
Arctique : 2019, l'année où les États-Unis ont voulu racheter le Groënland Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Paul Turban

Cette année, vous êtes peut-être passé à côté de ce coup d'éclat de la Russie. Pour la première fois en 2019, le ministère de la Défense a autorisé pour la première fois la presse à se rendre sur une base russe située au-delà du cercle polaire, dans l'archipel de Nouvelle Sibérie. Elle rassemble plus de 6.000 militaires aux frontières du pôle Nord, avec armes et canons, prêts au combat, logé dans des anciennes bases soviétiques rongées par la glace. 

"Il y a déjà une quinzaine d'année, la Russie a fixé au sol, sur le plateau continental immergé, d'immenses drapeaux, parce que quand les glaces auront fondu, on verra que cela appartient à la Russie", explique Frédéric Encel, géopolitique. "Cela est motivé par une fonte des glaces prématurée par rapport à ce qu'on croyait, et donc l'ouverture pour la première fois de la grande route du Nord-est."

La grande route du Nord-est, une appellation de navigateur pour une route maritime reliant l'océan Pacifique à l'océan Atlantique par le Grand-nord, est aujourd'hui praticable grâce à la fonte des glaces. La voie du Nord-est permet à des portes-conteneurs de se rendre en Asie deux fois plus rapidement qu'en passant par la Méditerranée

Le réchauffement climatique a donné faim à la Russie. Les fonds marins de l'Arctique sont un coffre-fort de richesses naturelles. On y trouve du pétrole, du gaz, du charbon, de l'or, du zinc... Le frigo économique a les portes grandes ouvertes et toutes les nations ayant un vis-à-vis avec l'Arctique veulent en profiter. 

Nouvelle guerre froide mais acteurs traditionnels

À lire aussi
Ahmed Alwan propose de repartir avec des produits de son épicerie gratuits contre un problème de maths résolu. États-Unis
New York : une épicerie donne des produits contre la résolution d'un problème de maths

Tous les États, et la France aussi. Notre pays n'a pas de frontières directes avec l'Arctique, mais nous faisons partie de l'Union européenne, et grâce à la Scandinavie, notamment la Finlande, notre regard est porté vers le Grand-Nord. La France a donc un rôle à jouer, et cela nous concerne tout particulièrement. 

Nouvelle guerre froide mais acteurs traditionnels puisque les Américains sont les principaux rivaux des Russes dans la région, ce qui a donné lieu à une drôle d'info en été : "Nous ne sommes pas à vendre", un avertissement adressé par le Groenland à Donald Trump. Il voulait racheter au Danemark ce territoire qui donne accès au Grand-Nord. 

Cette envie américaine n'est pourtant pas nouvelle. "Dès les années Roosevelt, les États-Unis avaient émis l'idée de proposer au Danemark le rachat de tout ou partie du Groenland, rappelle Frédéric Encel. À la fin du XIXe siècle, les États-Unis avaient acheté à l'Empire russe tsariste l'Alaska, qui recèle d'espaces aurifères et pétrolifères qui font regretter amèrement cette cession aux Russes." 

Désormais, la caserne a remplacé l'igloo. Qui finira par contrôler les richesses de l'Arctique ? Seul vainqueur pour l'instant, le réchauffement climatique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Russie Danemark
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants