1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Total vire au vert et change de nom en devenant TotalEnergies
3 min de lecture

Total vire au vert et change de nom en devenant TotalEnergies

Le pétrole ne représentera plus qu'un tiers du chiffre d'affaires de Total en 2030. L'entreprise, qui se tourne vers les énergies renouvelables, a décidé de changer de nom pour l'occasion.

Total devient TotalEnergies.
Total devient TotalEnergies.
Crédit : Handout / TOTAL / AFP
Total vire au vert et change de nom en devenant TotalEnergies
03:25
Total vire au vert et change de nom en devenant TotalEnergies
03:25
Martial You - édité par Marie Gingault

Total va devenir TotalEnergies et ce n'est pas qu'une question de marketing, c'est un virage pour le groupe qui va se détacher petit à petit du pétrole, contraint et forcé, comme la plupart de ses concurrents. 

Le pétrole ne représentera plus qu'un tiers du chiffre d'affaires de Total en 2030. Son PDG Patrick Pouyanné avait déjà indiqué qu'il souhaitait que son groupe soit neutre en matière d'émission de CO2 d'ici 2050, ce qui n'est pas évident quand vous produisez des hydrocarbures. Ses concurrents Shell et BP ont fait la même promesse au cours des derniers mois.

Il faut dire qu'à la sortie de 2020 : entre le ralentissement économique mondial, le trafic aérien à l'arrêt jusqu'en 2024, une guerre sur le baril entre l'Arabie Saoudite et la Russie pour tirer les prix vers le bas et des stocks de pétrole vendus à perte au pire du confinement, Total a de quoi se poser des questions. La compagnie est passée d'un bénéfice de 11 milliards en 2019 à une perte de 7 milliards en 2020.

TotalEnergies : une tentative de "green washing" ?

Il ne s'agit pas d'un abandon complet des hydrocarbures, mais d'une conversion. Il y a sûrement une petite tentative de "green washing" pour améliorer son image. C'est d'ailleurs ce que dénonçaient des salariés de la raffinerie de Grandspuit, où 700 emplois sont menacés, ainsi que des écologistes qui manifestaient devant le siège de Total hier.

À lire aussi

Les grands acteurs du pétrole me font penser aux Dupond & Dupont dans Tintin au Pays de l'Or Noir quand ils boivent une mauvaise potion qui leur fait pousser une longue tignasse verte. Et bien pour les compagnies pétrolières, la mauvaise potion c'est la prise en compte de l'urgence climatique.

On a longtemps cru que l'on se débarrasserait de notre dépendance au pétrole grâce à la fin des réserves d'hydrocarbures, mais on a encore trouvé des stocks géants dans le sous-sol à Bahrein, en Chine, en Alaska. Donc non, les compagnies ne changent pas de stratégie parce qu'on va manquer de pétrole.

Les énergies renouvelables sont le futur

La réalité, c'est que l'épidémie de coronavirus démontre qu'il faut lutter en urgence contre le dérèglement climatique qui peut conduire à des pandémies. Le consommateur ne supporte plus les émissions de CO2 et vote avec sa carte bleue. Les ventes de voitures électriques en France ont bondi l'an dernier, on est passé de 1% des immatriculations à 6,7% en quelques mois.
 
Toutefois, les compagnies pétrolières changent pour continuer à exister dans 30 ans. En effet, l'énergie du futur n'est plus le pétrole, ce sont les énergies renouvelables d'où ce changement de pied. Les compagnies d'assurances ne veulent plus soutenir des projets d'hydrocarbures.

Les compagnies pétrolières investissent dans des producteurs d'électricité propre. L'Arabie Saoudite va louer des champs de panneaux photovoltaïques à l'Allemagne pour produire une énergie verte qui servira à faire de l'hydrogène. L'or des pétroliers est comme les pétro-dollars, il doit devenir vert dans les prochaines années.

Le plus : Twitter se porte très bien

Le réseau social peut dire merci aux quatre années de présidence Trump, son meilleur VRP. Twitter totalise 192 millions d'utilisateurs, c'est mieux que ce que les analystes financiers attendaient. Un effet Trump qui pourrait se traduire par un ralentissement de la croissance dans les prochains mois car Twitter vient de clôturer 70.000 comptes affiliés à la mouvance conspirationniste QAnon qui soutenait l'ancien président et qui est soupçonnée d'avoir encouragé la prise du Capitole.

La note : 15/20 au Crédit Immobilier

Selon l'Observatoire du Crédit au Ménage, il y a 31,4% des Français qui ont un crédit immobilier en cours, c'est l'un des plus hauts niveaux de ces 20 dernières années. Le confinement n'a pas ralenti les achats l'an dernier. Mais, attention, l'effet Covid-19 pourrait se ressentir en 2021. On note déjà un ralentissement. Traditionnellement, le marché immobilier est touché par le ralentissement un an après le début d'une crise économique

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/