2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : la reprise économique se fera en K, selon François Lenglet

ÉDITO - Après la crise sanitaire, les économistes décrivent une nouvelle trajectoire à la croissance : la reprise en K. Deux branches, pour une reprise différente selon les secteurs.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : la reprise économique se fera en K, selon François Lenglet Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Coline Daclin

Pour décrire la trajectoire de la croissance, on a parlé de la reprise en V (une forte accélération après une chute brutale), en W (même chose mais avec rechute), en U ou en L (avec une longue période de stagnation)... Voici que les économistes font apparaître une nouvelle lettre : la reprise en K. C'est à dire une reprise très différenciée selon les secteurs. 

Le K a deux branches : une qui part vers le haut et une qui part vers le bas, comme notre reprise. Apple voit par exemple sa valorisation exploser en bourse. Elle a doublé sur les six derniers mois : elle dépasse 2.000 milliards de dollars. C'est plus que la totalité du CAC40, qui regroupe nos 40 plus belles entreprises. Au même moment, Airbus chute de 45% sur l'année révolue. 

Des secteurs plongent : l'aérien, le tourisme ou encore le spectacle et le cinéma. Ces secteurs sont les principales victimes de la Covid. L'épidémie pénalise le transport aérien et favorise les échanges dématérialisés. Mais il ne s'agit sans doute pas d'un mouvement temporaire. Les deux branches du K pourraient être destinées à durer. 

L'épidémie, accélérateur d'une tendance ?

L'épidémie n'aurait été qu'un accélérateur d'une évolution qui se serait produite sans elle, de façon progressive avec les changements technologiques. Au fil du temps, la croissance se transforme avec l'évolution de notre consommation. L'épidémie ne fait qu’accélérer les aiguilles de l'horloge du temps.

À lire aussi
Un vaccin contre la grippe (illustration) Coronavirus France
Michel Cymes met en garde contre l'arrivée de la grippe

La baisse du transport aérien pourrait ainsi être amenée à durer. Il est possible qu'on ne retrouve pas l'aviation de 2019. Mais le mouvement anti-avion était déjà né, en Suède, et les technologies de réunion virtuelle qui permettent d'éviter les déplacements existaient, eux aussi, depuis longtemps.

Même chose pour le commerce physique, qui voit sa part relative dans la consommation chuter au profit du e-commerce. Et c'est probablement pour toujours. Cela ne veut pas dire qu'il va disparaître, mais qu'il comptera moins dans la croissance, qu'il emploiera moins de personnes et qu'elles seront employées ailleurs. C'est la plus vieille histoire du monde : le capitalisme ne cesse de se transformer

Des disparités entre pays

Mais cette reprise en K montre aussi des différences entre les pays. Au Nord de l'Europe, comme en Allemagne, l'épidémie a été mieux gérée que dans le Sud. En Italie, qui a été l'un des pays les plus frappés par l'épidémie, le pays se trouve surchargé par la dette. Les divergences entre les économies européennes se sont accrues. La reprise en K, c'est donc la reprise au cas par cas. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Crise économique Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants