1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : au cœur de l'usine PSA qui fabrique des respirateurs artificiels
2 min de lecture

Coronavirus : au cœur de l'usine PSA qui fabrique des respirateurs artificiels

REPORTAGE - Pour venir en aide aux hôpitaux, le groupe PSA utilise son usine à Poissy, dans les Yvelines pour produire 10.000 respirateurs artificiels d'ici la mi-mai. 95 ouvriers volontaires participent à ce nouvel effort de solidarité.

Des salariés de l'usine PSA à Poissy (Yvelines) fabriquent des respirateurs artificiels pour fournir les hôpitaux.
Des salariés de l'usine PSA à Poissy (Yvelines) fabriquent des respirateurs artificiels pour fournir les hôpitaux.
Crédit : Julien Fautrat / RTL
Coronavirus : au cœur de l'usine PSA qui fabrique des respirateurs artificiels
03:56
Julien Fautrat - édité par Quentin Marchal

Face à l’afflux de patient atteints du coronavirus en soins intensifs, les hôpitaux ont subitement manqué de respirateurs artificiels. Pour y remédier, plusieurs industriels, dont le groupe automobile français PSA, ont proposé d’aider le fabriquant, Air Liquid, à en produire 10.000 d'ici la mi-mai. 95 ouvriers volontaires participent à ce nouvel effort de solidarité.

Dans l’usine de PSA à Poissy, dans les Yvelines, des hommes en blouse blanche de la tête aux pieds sont également vêtus d'un imposant masque en plexi-glace. Contrôlés avant chacune de leur entrée sur le site avec une prise de température notamment, ces salariés sont également fournis en gel hydroalcoolique, lunettes de protections et masques.

Sur le sol, des distances de sécurité qu'il faut garder avec les autres sont indiquées et il y a des trajets afin que personne ne puisse se croiser. Jusqu’à l’arrivée devant la chaîne de montage, où est assemblée toute la partie mécanique du respirateur artificiel, les salariés portent tous des masques, sans exception, et une petite sonnerie rappelle régulièrement qu’il faut se désinfecter les mains.

Des salariés PSA à Poissy dotés de masques de protection et de combinaisons pour se protéger du Covid-19
Des salariés PSA à Poissy dotés de masques de protection et de combinaisons pour se protéger du Covid-19
Crédit : Julien Fautrat / RTL

Plus de minutie mais la méthode reste la même

En pleine crise sanitaire, cet atelier a été complètement modifié pour s’adapter à un nouveau procédé industriel. En temps normal, 3.500 personnes sont présentes chaque jour sur ce site industriel pour fabriquer des Peugeot DS3 Crossback mais désormais, c’est presque désert et tout est à l’arrêt à l'exception de cet atelier d’assemblage des respirateurs artificiels.

À lire aussi

Ces 95 salariés volontaires qui ont dû s’adapter, ont vu leur productivité s'améliorer au fil des jours comme l'a reconnu Yann Vincent, directeur industriel du groupe PSA. Pour fabriquer un respirateur, 130 toutes petites pièces livrées à Poissy sont nécessaires. Les outils, eux aussi, sont inhabituels avec un mini tournevis et une pince à épiler qui viennent remplacer les roues, les sièges ou une planche de bord.

Si la méthode se rapproche du travail habituel, c'est la minutie qui change. D’habitude les pièces font quelques tonnes mais ici, seulement quelques grammes, ce qui ne pose néanmoins pas de problème à Stéphane, qui s’occupe d’ordinaire du bloc avant d’un véhicule : "On s'est rapproché au maximum de ce que nous on faisait déjà même si c'est plus minutieux".
 
Après de multiples étapes et contrôles, soit le respirateur est défaillant et va alors chez les retoucheurs chargés de trouver l’origine du problème et de réparer, soit il est prêt, monté, testé et validé. Il est alors placé dans une boîte de pièces automobiles et enfin envoyé chez Air Liquid, dans les Hauts-de-Seine, pour être finalisé et livré dans les hôpitaux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/