2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : Decathlon réserve ses masques de plongée au personnel soignant

L'enseigne sportive retire de la vente ses célèbres masques de snorkeling pour les mettre à disposition des hôpitaux où ils peuvent être transformés en respirateurs.

Des hôpitaux italiens ont transformé des masques Decathlon en respirateurs artificiels pour faire face à l'afflux de malades du Covid-19
Des hôpitaux italiens ont transformé des masques Decathlon en respirateurs artificiels pour faire face à l'afflux de malades du Covid-19 Crédit : FabFactory
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Des plus beaux spots de snorkeling aux unités de soins intensifs. En ce début d'année 2020, le célèbre masque de plongée Easybreath de Decathlon embrasse une trajectoire pour le moins singulière. L'enseigne sportive nordiste a fait savoir le 30 mars qu'elle avait décidé de stopper les ventes de son matériel d'exploration subaquatique pour en faire don aux hôpitaux dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus.

Quelques jours après avoir mis en garde les internautes contre les informations non sourcées relayées sur les réseaux sociaux, Decathlon reconnaît finalement que son masque intégral peut être utilisé par le personnel soignant pour aider les patients atteints d'une infection de Covid-19 en situation de détresse respiratoire dans les services d'urgence.

Le masque Easybreath est un best-seller de Decathlon. Lancé en 2014, il a la particularité de disposer d'un tuba intégré et de recouvrir intégralement le visage pour permettre aux randonneurs palmés de regarder sous l'eau et de respirer naturellement avec le nez ou la bouche en même temps grâce à un mécanisme qui bloque le haut de tuba et évacue la buée lors de l'immersion.

Des tests dans l'Est et en Italie

Il y a quelques jours, un médecin italien de la province de Brescia affirmait avoir réussi à transformer l'un de ces masques eh respirateur artificiel en remplaçant le tuba par une valve imprimée en 3D permettant de réguler le flux d'air. Une entreprise italienne spécialisée dans l'impression en 3D a ensuite validé la faisabilité du projet et contacté Decathlon pour vérifier si les stocks de masques étaient suffisants pour lancer la production des valves.

À lire aussi
Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne coronavirus
Val-de-Marne : à 106 ans, Marthe a survécu au coronavirus

Dans le même temps, des ingénieurs de l'université technologique de Belfort-Montbéliard ont également conçu un mécanisme de raccord capable d'associer des filtres respiratoires spécifiques aux masques Easybreath pour fournir une protection optimale aux personnels soignants contre le coronavirus en plus des masques de chirurgie et de protection FFP2 ordinaires. 

Après des tests en hôpitaux, les deux dispositifs ont été validés et doivent désormais être généralisés. "Si vous représentez un hôpital, ou faites partie du personnel soignant ou de secours, vous pouvez nous adresser vos demandes de dons à cette adresse : easybreath-covid19@decathlon.com", a fait savoir Decathlon sur Twitter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Hôpitaux Solidarité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants