2 min de lecture Le journal

Les infos de 6h30 - Covid-19 : un homme licencié à cause du confinement ?

Brahim Kiou a été licencié par son entreprise de bâtiment après être resté bloqué au Maroc pendant le confinement. Le quinquagénaire et sa famille doivent même quitter le logement de fonction.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 6h30 - Covid-19 : un homme licencié à cause du confinement ? Crédit Image : DENIS CHARLET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Un salarié affirme avoir été injustement licencié à cause du coronavirus. L'affaire sera examinée le mois prochain aux prud'hommes, qui risquent bien de voir passer de plus en plus de dossiers du même genre. Cet ancien employé d'une entreprise de bâtiment dans les Yvelines se serait retrouvé coincé au Maroc au début du confinement. Il jure avoir tout fait pour prévenir son employeur qui, lui, parle d'un abandon de poste.

À son retour du Maroc, Brahim Kiou a découvert sa lettre de licenciement dans sa boîte aux lettres. L'épilogue de plusieurs mois de galère. Début mars, cet employé d'une société du bâtiment se retrouve bloqué avec sa femme et son fils au Maroc. Confinement, frontières fermées : impossible de rentrer dans les Yvelines. "On a pris quelques billets d'avion, ils étaient tous annulés". 

Les vols de rapatriement sont tous complets, le père de famille appelle ses employeurs pour leur expliquer mais après plusieurs semaines, Brahim ne parvient plus à les joindre, sa ligne est coupée, explique-t-il à RTL. Le contact n'est rétabli qu'à son retour en France : "J'ai raconté mon histoire à la DRH et à mon directeur, on m'a rigolé au nez. Ça fait mal au cœur parce qu'ils m'ont laissé tomber", confie le salarié.

Le quinquagénaire et sa famille doivent même quitter le logement de fonction qu'ils occupent. Philippe Gomard de la CGT locale tente d'épauler Brahim : "Son employeur a profité de la situation sanitaire en France au Maroc pour licencier Monsieur Kiou qui a des problèmes de santé". 

À lire aussi
licenciement
Ford : les anciens salariés de Blanquefort en colère contre le géant américain

De son côté, la société Etanco estime avoir tout fait pour contacter son salarié, "après trois mois sans nouvelles, nous avons décidé de le licencier". Le dossier est désormais entre les mains des prud'hommes. 

À écouter également dans ce journal :

Covid-19 -  Dans les zones d'alerte maximale, les visites dans les Ehpad sont désormais autorisées uniquement sur rendez-vous, et avec pas plus de deux personnes à la fois. Des mesures qui semblent bien accueillies par les professionnels et les familles. 
Tempête Alex - Le bilan humain s'est alourdi hier dans les Alpes-Maritimes avec la découverte de trois corps. Il a donc, pour l'heure, un total de quatre victimes en France après les violentes crues. L'urgence, au-delà de retrouver d'éventuels survivants, elle également d'apporter de l'aide, de la nourriture, de l'eau et de rétablir l'électricité, encore coupée par endroit.

Roland Garros - Début des quarts de finale porte d'Auteuil. Et ils se joueront sans les Français désormais tous éliminés après la défaite de Fiona Ferro. Sans les Français mais avec la pluie qui ne faiblit pas. Heureusement qu'il y a ce toit installé sur le court Chatrier, achevé en février dernier, juste avant le coronavirus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Le journal Bâtiment Maroc
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants