2 min de lecture Hôpitaux

Coronavirus et confinement : les papas exclus des salles d'accouchement

Les futurs papas ne sont plus autorisés à assister à l'accouchement de leur compagne pour éviter au maximum la propagation du nouveau coronavirus Covid-19.

>
Coronavirus et confinement : les papas exclus des salles d'accouchement Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : Frédéric Veille | Durée : | Date :
fred veille
Frédéric Veille édité par Paul Turban

Le confinement doit rester strict à l'aube de l'entrée de la France dans sa troisième semaine de limitation drastique des déplacements et des sorties du domicile. Cela suscite parfois quelques frustrations. C'est peu de le dire pour les futurs pères qui ne pourront plus assister à l'accouchement de leur compagne

C'est déjà la règle à Dreux (Eure-et-Loir). Depuis le 19 mars dernier, l'hôpital a limité les visites en maternité aux parents, et encore, après prise de température. Depuis ce lundi 30 mars midi, toute visite est désormais interdite et les accouchements se font en huis-clos médical pour préserver la santé des bébés, des mamans et des professionnels de santé.

"On est bien conscient que le bébé a besoin de son papa et de sa maman, explique Véronique Julié, présidente de la commission médicale d'établissement. Mais il n'y a pas 150 solutions si on veut limiter la propagation de ce virus qui est méchant quand il frappe fort."

On est dans une période où toutes les décisions sont difficiles à prendre.

Véronique Julié, présidente de la commission médicale d'établissement de l'hôpital de Dreux.
Partager la citation

Cette décision a du mal à passer chez certains parents et futurs parents. "C'est un moment important dans une vie, une naissance, regrette Noémie, qui doit accoucher d'ici deux semaines. Le papa était là pour la première naissance. Pour la seconde naissance, c'est important aussi."

À lire aussi
Le centre hospitalier régional de Besançon (CHRU) de Besançon le 20 avril 2002. solidarité
Coronavirus : le CHU de Besançon a reçu près de 500.000 euros de dons

"On est tout aussi stressée, donc on a besoin d'avoir le papa à côté de nous, ajoute Noémie. Je comprends sans comprendre." Cette mesure d'interdiction d'assister à l'accouchement devrait être étendue dans les jours à venir à bien d'autres établissements en France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants