2 min de lecture Santé

Les infos de 7h - Coronavirus : "Je n'avais aucun espoir", confie une infirmière contaminée

DOCUMENT RTL - Dominique, infirmière dans un Ehpad, a été contaminée par le nouveau coronavirus. Hospitalisée depuis le 12 mars dernier, elle confie qu'au départ elle n'avait "aucun espoir".

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 7h - Coronavirus : "au départ, je n'avais aucun espoir", confie une infirmière contaminée Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Dominique, infirmière dans un Ehpad, a contracté le Covid-19 : âgée de 62 ans, elle a été admise à l’hôpital des Garches le 12 mars dernier. "C'est très très compliqué et c'est très fatigant", confie-t-elle. Et de rappeler : "quand j'entends certaines personnes dire que c'est une simple 'gripette', non, ce n'est pas une simple 'gripette'" !

Les premières symptômes, comme chez de nombreux patients atteints, se sont déclarés rapidement. Pendant sa première journée de repos après un week-end de garde, l'infirmière a d'abord constaté "une toux très importante, une fatigue et beaucoup de courbatures avec une fièvre qui est montée très rapidement". 

"J'ai contacté le SAMU qui m'a indiqué que compte tenu de mes problèmes de santé et de mon activité professionnelle, il fallait que je sois dépistée", précise-t-elle. "J'étais inquiète au tout début", poursuit-elle, "parce que quand on est personnel soignant, on se croit complètement à l'abri et puis au départ, il y avait une telle fatigue que je n'avais aucun espoir". 

Le poumon gauche est atteint à 15% et le droit à 50%

Dominique, 62 ans, infirmière dans un Ehpad
Partager la citation

Psychologiquement, elle rappelle la difficulté d'être coupé de sa famille : "on n'a pas le droit à des visites, ça a été très dur, on n'a plus aucune force pour trouver des ressources en soi et se dire 'il faut que je remonte la pente'". 

À lire aussi
Une urne électorale (image d'illustration) coronavirus
Coronavirus : après un mois dans le coma, un maire est réélu sur son lit d'hôpital

Après plus de deux semaines d'hospitalisation, son état de santé s'est amélioré : "tous les jours, j'avais une fièvre très importante qui est montée jusqu'à 39,7. Maintenant, elle n'est plus d’actualité depuis trois jours". 

Malgré tout, Dominique a encore besoin d'une assistance sous oxygène. "J'ai eu une détresse respiratoire, qui a amené à ce que je passe en urgences un scanner thoracique. Celui-ci a montré une atteinte très importante au niveau des poumons : le poumon gauche est atteint à 15% et le droit à 50%". Pour la suite, "il y avait un espoir avec la chloroquine" mais "je ne peux pas recevoir ce type de traitement car des électrocardiogramme ont révélé des troubles cardiaques". 

Les médecins ne connaissent pas ce virus

Dominique, 62 ans, infirmière dans un Ehpad
Partager la citation

Dominique a également perdu la sensation du goût, un des principaux symptômes observés dans les premiers jours de l'infection : "tous les aliments ont le même goût, j'ai une bouche très sèche", explique-t-elle. "Je pensais que c'était un virus qui attaque essentiellement les poumons et en fait non. J'ai des prises de sang tous les jours parce qu'il peut y avoir une atteinte du foie ou des reins". 

Elle témoigne être sous "surveillance continue", précisant que "les médecins ne connaissent pas ce virus et qu'ils se servent de toutes les observations et de nos témoignages" pour évaluer les situations.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Coronavirus Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants