3 min de lecture Racisme

PSG-Basaksehir : qui est Demba Ba, l'homme qui a poussé pour l'arrêt du match ?

PORTRAIT - Né en France mais jamais apparu en Ligue 1 ni en Ligue 2, l'attaquant du Basaksehir Istanbul restera comme l'un des personnages principaux de l'interruption de la rencontre de Ligue des champions, mardi 8 décembre.

Naymar, Kylian Mbappé et Demba Ba au Parc des Princes le 8 décembre 2020
Naymar, Kylian Mbappé et Demba Ba au Parc des Princes le 8 décembre 2020 Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

Jusque-là, il était entré dans l'histoire du football français comme le fossoyeur du PSG, un soir d'avril 2014, en quarts de finale de Ligue des champions avec Chelsea. Entré en jeu à la 66e minute au match retour, Demba Ba avait inscrit le but du 2-0 suffisant pour les Blues à la 87e minute, alors que le Paris de Laurent Blanc pensait avoir fait le plus dur à l'aller en s'imposant 3-1.

Demba Ba est désormais bien plus qu'un simple footballeur (sur le déclin à 35 ans) aux yeux des amateurs de ballon rond comme du grand public. Remplaçant au coup d'envoi dans les rangs stambouliotes, c'est lui qui a le premier pris la parole pour s'adresser à l'arbitre principal du match PSG-Basaksehir, avant de pousser ses partenaires à rentrer aux vestiaires, et d'être écouté. 

"Vous ne dites jamais 'ce Blanc', vous dites 'celui-là', alors quand vous parlez d'un homme noir, pourquoi dites-vous 'ce Noir' ?". Ces mots à l'encontre du Roumain Ovidiu Hategan, les yeux dans les yeux, tournent en boucle depuis l'interruption de la rencontre, mardi 8 décembre au Parc des Princes pour protester contre des propos du quatrième arbitre, qui a utilisé le terme "negru" ("noir" en roumain) pour désigner l'entraîneur assistant du club turc. 

Pas à son premier engagement

Figure centrale des incidents du Parc des Princes, le Franco-Sénégalais - il est né à Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, le 25 mai 1985 - n'en est pas à son premier engagement. Dès l'été 2018, alors qu'il jouait pour le club chinois de Shanghai Shenhua, l'attaquant international (22 sélections, 4 buts avec le Sénégal) avait publiquement accusé un adversaire chinois de racisme, avant de retwitter des messages de soutien et de lutte contre la xénophobie.  

À lire aussi
sondage
PSG-Bayern : pour 52% des Français et 72% des amateurs, Paris a franchi un palier

Plus récemment, fin novembre, il avait comme Antoine Griezmann ou Kylian Mbappé réagi au tabassage d'un producteur noir par des policiers à Paris, dont trois ont été mis en examen pour des violences volontaires de nature raciste. "Pour quelqu'un qui vit la situation du pays de l'extérieur, je ne vois aucune issue à ces problèmes. Désolé de mon pessimisme... Malgré tout, il faut continuer à se battre pour faire changer les choses", avait-il twitté, dans la continuité de son appui au mouvement Black Lives Matter.

Soutien aux Ouïghours et aux Rohingyas

Ces derniers mois, Demba Ba a aussi affiché son soutien à la minorité ouïghoure de Chine ou aux Rohingyas de Birmanie, autre ethnie de confession musulmane en butte aux persécutions. En France, il a apporté son appui à BarakaCity et au Comité contre l'islamophobie (Ccif), accusés par les autorités françaises de propager des idées prônant l'islam radical, et dissoutes après l'assassinat du professeur Samuel Paty

Pour faire avancer les causes qui lui importent, celui qui n'a jamais joué en France chez les professionnels mise sur le soutien de ses pairs, souvent peu enclins à s'engager. "Je sais qu'il y a des footballeurs qui veulent se battre pour la justice, qu'ils soient musulmans, bouddhistes, chrétiens, quelles que soient leurs croyances", confiait-il récemment à la BBC. 

Si on se rassemble et qu'on parle, les choses changent

Demba Ba
Partager la citation

"En tant que sportifs, nous avons un pouvoir que nous ne connaissons pas, estime-t-il. Si on se rassemble et qu'on parle, les choses changent". Des propos qui apparaissent aujourd'hui prémonitoires dans la bouche de l'ancien joueur de Rouen en CFA, Mouscron en Belgique, Hoffenheim en Allemagne, West Ham, Newcastle et donc Chelsea en Angleterre ou encore Besiktas avant Basaksehir en Turquie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme Paris Saint-Germain Ligue des champions
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants