2 min de lecture Élysée

Producteur tabassé : l'Élysée a appelé Michel Zecler pour prendre de ses nouvelles

L'Élysée a contacté samedi Michel Zecler, producteur tabassé par trois policiers samedi 21 novembre dans le XVIIe arrondissement de Paris. La présidence l'a appelé pour prendre de ses nouvelles.

Michel Zecler, producteur de musique passé à tabac par trois policiers, s'adresse aux médias le 26 novembre 2020.
Michel Zecler, producteur de musique passé à tabac par trois policiers, s'adresse aux médias le 26 novembre 2020. Crédit : Aurore MESENGE / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Michel Zecler, le producteur passé à tabac par trois policiers samedi 21 novembre, a été contacté par la présidence de la République, samedi 28 novembre, a indiqué l'Élysée dimanche sans donner plus de précisions, un appel ensuite confirmé à l'AFP Me Hafida El Ali, l'avocate du producteur.

D’après les informations franceinfo, qui a dévoilé l'appel citant l'entourage de Michel Zecler, l'Élysée voulait prendre des nouvelles de la victime tout en lui rappelant que le président Emmanuel Macron a estimé que son agression était "inacceptable" et représentait une "honte"

De fait, le chef de l'État avait dénoncé vendredi, dans une déclaration publiée sur Facebook, "l'agression inacceptable" de Michel Zecler par des policiers, des "images qui nous font honte", tout en exigeant de la police une attitude "exemplaire".  Il avait demandé la veille des sanctions claires au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. 

Lutter "contre toutes les discriminations"

Emmanuel Macron a par ailleurs réclamé au gouvernement des propositions "pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations" et pour restaurer la confiance entre les Français et la police, mise à mal par une série de violences des forces de l'ordre. 

À lire aussi
Paris
Lynchage à Paris : l'Élysée a eu un "échange" avec la mère de Yuriy

Matignon planche ainsi sur plusieurs points, en particulier sur la réforme de l'IGPN (l'inspection générale de la police nationale), la lutte contre les discriminations, la formation initiale et continue des policiers, leur recrutement ainsi que les moyens d'associer la population aux actions de police, rapporte une source gouvernementale.

Quatre policiers mis en examen

Alors que la proposition de loi "Sécurité globale" et cette dernière agression ont suscité une forte mobilisation samedi dans toute la France, les quatre policiers accusés du tabassage ont été présentés à la justice dimanche à la mi-journée. Pour trois d’entre eux, le procureur a requis une détention provisoire. 

Les policiers mis en cause sont désormais visés par une enquête pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique", avec la circonstance aggravante de racisme, et "faux en écriture publique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Faits divers Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants