1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. OM-PSG : 4 raisons de croire à la première victoire de Marseille à domicile depuis 10 ans
4 min de lecture

OM-PSG : 4 raisons de croire à la première victoire de Marseille à domicile depuis 10 ans

ÉCLAIRAGE - Le PSG aborde le choc de clôture de la 11e journée de Ligue 1 en leader, avec 10 points d'avance sur l'OM, 3e. Mais une semaine après son succès sur Lorient, avec un effectif plus étoffé et moins de pression, l'OM peut rêver.

Les Marseillais célèbrent leur victoire au Parc des Princes le 13 septembre 2020
Les Marseillais célèbrent leur victoire au Parc des Princes le 13 septembre 2020
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune

Les amateurs de foot se frottent les mains. Ce n'est pas un mais deux "Clasicos" européens qui sont à suivre quasiment coup sur coup dimanche 24 octobre : d'abord le "vrai", FC Barcelone-Real Madrid en Liga (16h15), puis le "Classique" à la française, OM-PSG (20h45), 101e opposition de l'histoire débutée en décembre 1971 entre les Ciel et Blanc et les Rouge et Bleu.

Près de 50 ans plus tard, la balance penche nettement en faveur du club de la capitale avec 46 succès dont 19 depuis le rachat par les Qataris en 2011, 20 nuls et 34 défaites. Si la présence de Neymar est incertaine, Lionel Messi va fouler la pelouse du stade Vélodrome avec le PSG pour la première fois, se frotter aux quelques 60.000 supporters marseillais survoltés.

Paris aborde ce choc de clôture de la 11e journée de Ligue 1 en leader, avec 9 points d'avance, déjà, sur son dauphin, Lens, et 10 sur l'OM, 3e. Le groupe de Mauricio Pochettino aura bénéficié de cinq jours de récupération et de préparation après son succès en Ligue des champions sur Leipzig (3-2), alors que les hommes de Jorge Sampaoli ont joué trois jours plus tôt à Rome contre la Lazio (0-0). Paris est favori. Mais Marseille a des raisons d'y croire.

1. Boosté par le succès contre Lorient

Après une série de quatre rencontres sans victoire toutes compétitions confondues (deux nuls, deux défaites), l'OM aurait pu plonger dans le doute face à Lorient lorsque Armand Laurienté a ouvert le score sur penalty dès la 13e minute, dimanche 17 octobre en clôture de la 10e journée. Porté par un excellent Dimitri Payet, ils sont revenus au score par Boubacar Kamara (27e) et sont passés devant par Mattéo Guendouzi (57e).

À lire aussi

Le score finale de 4-1 après deux autres buts en fin de match de Arkadiusz Milik (85e) et de Houboulang Mendes contre son camp (92e) est peut-être flatteur. Mais ce succès intervient au meilleur des moments, devant un public conquis, prompt à chambrer le rival parisien en fin de match. Après les défaites au Vélodrome face à Lens (2-3) et à Lille (2-0), Revoilà l'OM sur le podium de L1 grâce à cinq victoires en neuf matches.

2. Force de caractère, profondeur de banc

Autre chiffre reflétant le nouveau visage de cette équipe : selon le statisticien Opta, l'Olympique de Marseille a récolté 15 points après avoir concédé l'ouverture en championnat depuis les débuts de son volcanique coach argentin le 10 mars dernier. Plus que toute autre équipe. 

Sampaoli peut s'appuyer sur des valeurs sûres dans toutes les lignes du gardien Pau Lopez, qui a poussé Steve Mandanada sur le banc, au revenant Milik devant, en passant par les William Saliba, Duje Caleta-Car, Valentin Rongier, Guendouzi, Payet, Cengiz Ünder, Konrad De La Fuente, Pol Lirola... 

Sur le banc aussi il y a des armes : Ahmadou Bamba Dieng, deuxième meilleur buteur marseillais cette saison (trois buts) derrière Payet (quatre) n'est entré qu'en fin de match contre Lorient. Jordan Amavi, Alvaro Gonzalez ou Gerson y sont restés. 

3. Spirale infernale brisée

Ils l'ont fait. Si leur dernière victoire à domicile face aux Parisiens remonte toujours à près de 10 ans et ce fameux 27 novembre 2011 (3-0, buts de Loïc Rémy, Morgan Amalfitano et André Ayew), les Marseillais ont enfin réussi à les battre (0-1), il y a un peu plus d'un an, après 20 tentatives infructueuses (17 défaites, trois nuls). C'était le 13 septembre 2020, au Parc des Princes, grâce à Florian Thauvin (31e) sur un service de Payet.

Paris a pris sa revanche par deux fois en janvier (2-1 à Lens lors du Trophée des champions) et février (0-2 au Vélodrome), mais ce succès des hommes de André Villas-Boas à l'époque enlève un poids considérable à son successeur. Sampaoli va d'ailleurs lui aussi disputer son premier OM-PSG. Autrement dit, il n'en n'a jamais perdu. Une lapalissade qui peut avoir son importance.

4. Paris a des failles

Autre motif d'espoir pour les Marseillais, ce PSG encore loin d'être intouchable, que ce soit en Ligue 1 ou en Ligue des champions. Il y a bien ce match référence contre Manchester City (2-0) du 28 septembre. Mais il y aussi cette pâle copie rendue à Bruges (1-1) pour commencer et cette victoire arrachée par Mbappé et Messi après avoir été poussé dans les cordes par Leipzig (3-2).

Bien sûr, Paris peut se sortir de mauvais pas grâce à ses individualités offensives, possède un grand gardien qu'il s'agisse de Gianluigi Donnarumma ou Keylor Navas, un capitaine rarement défaillant avec Marquinhos. Mais les autres peinent à se montrer régulier au plus haut niveau, à l'image de Marco Verratti, brillant contre City, parfois dépassé voire dangereux contre Leipzig. 

Si le PSG a remporté neuf de ses dix matches de championnat et pointe en tête de son groupe en Ligue des champions, le contenu de ses rencontres laisse de la place à ses adversaires. Lyon et Angers ont mené 1-0 au Parc des Princes avant de s'incliner en fin de match, dans le second cas grâce à un recours généreux de la VAR. Plus largement, Paris a encaissé au moins un but lors de neuf de ses 14 matches cette saison

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/