1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Jacques Chirac : ces femmes qu'il a aimées passionnément malgré son mariage avec Bernadette
4 min de lecture

Jacques Chirac : ces femmes qu'il a aimées passionnément malgré son mariage avec Bernadette

"Jour J" vous parle de séduction du RPR à la Mairie de Paris jusqu’à l’Elysée. Car s’il est un homme politique beau parleur, beau tout court, brillant, drôle, que rien ne semblait arrêter quand son cœur faisait boum, c’est Jacques Chirac.

Le Premier ministre Jacques Chirac et son épouse Bernadette voyagent le 02 août 1976 à bord du train rapide "Tokaido" entre Tokyo et Osaka
Le Premier ministre Jacques Chirac et son épouse Bernadette voyagent le 02 août 1976 à bord du train rapide "Tokaido" entre Tokyo et Osaka
Crédit : AFP
Flavie Flament & Capucine Trollion

Il y a des femmes qui ont menacé, ne serait-ce que par leur présence, le couple Chirac, comme Jacqueline Chabridon, journaliste au Figaro. Chirac est alors Premier ministre. "Elle avait été envoyée pour suivre la campagne de Jacques Chirac en 1974. Elle est tombée amoureuse de lui alors qu'elle était mariée à un ministre socialiste : Charles Hernu. Mais elle était déjà séparée de Charles Hernu", se rappelle Jean Garrigues, président du Comité d'histoire parlementaire et politique.

"C'est une femme de gauche et elle a été complètement conquise par Jacques Chirac. C'était réciproque. On raconte que leur première rencontre s'est passée en Corrèze, ils ont fait un concours de manger de tête de veau", poursuit l'auteur de différents ouvrages sur la politique dont : Une histoire érotique de l'Elysée. Jacqueline Chabridon était "aux antipodes de Bernadette. C'est-à-dire que c'était quelqu'un de libéré, d'espiègle".

Jacques Chirac et Jacqueline Chabridon "s'achètent un petit deux-pièces à Paris, rue de Marignan, si je me souviens bien. Il l'emmenait un peu partout, même au bord de la mer en se mettant une perruque pour qu'on ne le reconnaisse pas (...) il était fou d'elle", détaille Jean Garrigues. "C'était une femme intelligente qui d'ailleurs lui a beaucoup amené des amitiés, des affinités de gauche comme Gisèle Halimi, par exemple", raconte aussi l'auteur d'Une histoire érotique de l'Elysée au micro de Jour J.

"Une idylle presque parfaite" qui se finit brutalement

"Ça été vraiment une idylle presque parfaite et il était prêt à divorcer de Bernadette", lorsqu'il était Premier ministre. "Et alors justement, en avril 1976, il y a la rumeur d'un article qui sortirait du Nouvel Obs sur la garçonnière de Jacques Chirac. Et là, l'entourage de Chirac a pris peur, notamment Marie-France Garaud, qui était un peu la gardienne du temple. Elle l'a enguirlandé et ils ont tout fait, avec Charles Pasqua, pour qu'il se sépare de Jacqueline Chabridon et Jacques Chirac a finalement accepté le devoir, plus que l'amour. Il l'a sacrifiée à sa carrière"

À écouter aussi

Jacques Chirac "quitte brutalement" Jacqueline Chabridon. Quant à Charles Pasqua, "il a été chargé de ratisser toutes les lettres deux tourtereaux" et c'est ainsi que se termine cette idylle. "On dit que Jacqueline Chabridon a quand même fait une tentative de suicide après ça parce que ça été hyper violent", conclut Jean Garrigues. 
"La politique dévore tout. On a le sentiment que tout est sacrifié sur l'autel de la politique et même les sentiments les plus beaux", résume Flavie Flament dans Jour J. "Chirac a été quelqu'un de dédié et dévoué à la politique (...) il ne pouvait pas aimer plus que ce qu'il a aimé Jacqueline Chabridon, tout le monde s'accorde à le dire", renchérit Jean Garrigues. 

Elisabeth Friedrich a été aussi "un grand amour"

Elisabeth Friedrich est aussi "un grand amour" de Chirac, "car ça a duré plus d'une décennie je crois, ça a duré longtemps en tout cas", explique  Jean Garrigues. Elisabeth Friedrich était journaliste à l'AFP. "Il est tombé amoureux. On dit qu'il l'appelait à l'AFP en déguisant sa voix (...) tout le monde était au courant dans le microcosme", poursuit-il. "Beaucoup plus tard, lorsqu'il n'était plus avec elle, il y a eu une photo qui est sortie et qui a fait beaucoup de bruit parce que le voir comme ça dans un palace avec une femme qui n'était pas la sienne, ça a provoqué un petit scandale..." se souvient Jacques Garrigues dans Jour J.

Jacques Chirac a aussi eu une liaison avec Claudia Cardinale. "Même Bernadette y a fait un jour allusion en public", explique Flavie Flament. "Elle a dit : 'Merci d'être là, même si je ne suis pas Claudia Cardinale'. Ça montre bien à quel point elle était consciente de tout ça et finalement assez libre vis-à-vis de ce qu'était son mari", renchérit Jacques Garrigues.

"C'est raconté par le chauffeur de Jacques Chirac : le jour de la mort de Lady Di sous le pont de l'Alma, Chirac, alors président de la République, est introuvable (...) et en fait, on a découvert, c'est ce que révèle son chauffeur, il était chez l'actrice Claudia Cardinale", révèle-t-il. 

Tous les jours dans Jour J, de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/