1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2002 : pourquoi Jean-Marie Le Pen était "très surpris" d'accéder au second tour
3 min de lecture

Présidentielle 2002 : pourquoi Jean-Marie Le Pen était "très surpris" d'accéder au second tour

Le 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen se qualifie pour le second tour de la présidentielle. Un choc dans l'histoire de la Vème République et une immense surprise pour le candidat du Front National.

Jean-Marie Le Pen, le 14 janvier 2021
Jean-Marie Le Pen, le 14 janvier 2021
Crédit : JOEL SAGET / AFP
RÉCIT - Présidentielle 2002 : un second tour choc avec l'extrême droite
00:02:56
L'INTÉGRALE - Présidentielle 2002 : la surprise de Jean-Marie Le Pen
00:43:47
Flavie Flament & Capucine Trollion

Le 21 avril 2002, pour la première fois dans l’Histoire de la Vème République, l’extrême droite se qualifie pour le second tour de l’élection présidentielle. Jamais la Vème République n’avait vu une telle élection. Sur la ligne de départ, ils étaient 16 à avoir obtenu les 500 signatures nécessaires. Un record jusqu’ici jamais battu. 

De Jean-Marie Le Pen, on parlait alors bien peu. C’était deux hommes qui faisaient la course en tête : Jacques Chirac, le président sortant, candidat à sa réélection et Lionel Jospin, son Premier ministre socialiste avec qui il cohabite au sommet de l’État depuis 5 ans.

Lionel Jospin est confiant d’ailleurs : depuis qu’il est à la tête du pays, le chômage a reculé, et la croissance est là. En bref, son bilan est solide. Pourtant, la gauche s’éparpille et ne fait pas corps derrière Lionel Jospin : Robert Hue, Noël Mamère, et même l’ancien ministre de l’Intérieur de Jospin, Jean-Pierre Chevènement, se déclareront candidats, Christiane Taubira fera de même. Mais Lionel Jospin dort serein, il est déjà qualifié pour le second tour selon lui. Mais, il va vite, trop vite… 

La surprise de Jean-Marie Le Pen

Pendant ce temps, Jean-Marie Le Pen, bientôt 74 ans, fait campagne pour la quatrième fois. Son crédo n’a jamais bougé d’un iota : l’immigration et la sécurité. Mais l’Élysée, pense-t-il, il ne l’atteindra jamais. D’ailleurs, sa position de contre-pouvoir et de poil à gratter  infréquentable de la politique lui convient très bien. C’est devenu confort : il fédère ceux qui ne se sentent pas écoutés, il éructe, choque, jamais avare de petites phrases et de dérapages haineux. 

À lire aussi


Le président du Front National ne s’imagine pas en président de la République. On dit qu’il sera le premier surpris par les résultats du second tour de 2002. "C'est quelque chose qui l'a profondément marqué puisque c'est la première fois qu'un candidat de l'extrême droite se qualifie au second tour", souligne Olivier Beaumont, grand reporter politique au Parisien au micro de Jour J. 

"Il faut se remémorer la situation. À l'époque, en avril 2022, le Front National est un parti qui a été créé 20 ans auparavant et qui n'est pas celui qui a connu les conquêtes jusqu'en 1988 (...) et Jean-Marie Le Pen, quand il aborde cette élection présidentielle un an avant, c'est un Front National qui oscille entre 7 et 10%, donc clairement personne ne le voit venir", poursuit l'auteur Dans l'enfer de Montretout.

Plus encore en 2002, Jean-Marie Le Pen "va faire une campagne à bas bruit en fait. Il va essayer de se normaliser, de surfer sur les thèmes du moment, notamment de l'insécurité sur lequel Jacques Chirac va aussi faire campagne", analyse de nouveau Olivier Beaumont. 

Personne ne le voit venir

Olivier Beaumont

Le soir des résultats, Jean-Marie Le Pen est "très surpris". "Lors de son dernier meeting, 4 jours auparavant, à la tribune et devant les journalistes, il fanfaronnait (...) mais quand il en parlait autour de lui, bien sûr qu'il n'y croyait pas". 

Et quand les premières projections sondagières tombent vers 19 heures, "il comprend effectivement qu'il a de très fortes chances de se qualifier au second tour, il n'y croit pas (...) et il va y avoir une forme de léthargie pendant de longues minutes jusqu'à 21 heures, jusqu'à ce qu'il encaisse le coup, qu'il comprenne", raconte encore le grand reporter. "Jean-Marie Le Pen, c'est quelqu'un qui s'est conforté dans la situation de l'opposant, mais qui ne s'est jamais vraiment préparé à l'accession au pouvoir", résume Olivier Beaumont. 

Alors que nous nous rendons aux urnes ce 10 avril pour le premier tour de la présidentielle 2022, nous avons décidé de revenir toute cette semaine sur les grands évènements qui ont marqué les présidentielles de la Vème République.
Tous les jours dans Jour J, de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/