5 min de lecture Connecté

2010-2019 : la décennie où les smartphones ont changé nos vies

ÉCLAIRAGE - En agrégeant toujours plus de fonctionnalités, le smartphone a ouvert une porte vers un univers virtuel quasiment sans limite dont les usages ont fini par envahir nos vies et modifier notre rapport au monde.

Steve Jobs lors de la présentation de l'iPhone 4 en 2010
Steve Jobs lors de la présentation de l'iPhone 4 en 2010 Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Rarement une décennie n'aura autant bouleversé nos modes de vie que celle dont nous nous apprêtons à refermer la page. Il y a dix ans naissait l'iPhone 4, le téléphone qui allait définitivement supplanter le mobile à clapet et préfigurer le smartphone tel que nous le connaissons aujourd'hui avec son écran haute définition, son accès à l'Internet mobile et sa caméra intégrée.

Chez Apple comme chez la concurrence Android, le smartphone allait alors agréger de plus en plus de fonctionnalités pour devenir la boussole de nos existences, le premier objet que l'on manipule au réveil et le dernier que l'on regarde avant d'aller se coucher. La porte d'entrée vers un univers virtuel quasiment sans limites dont les usages ont fini par façonner le réel.

Le carrefour des années 2010 a vu éclore la plupart des applications qui défilent aujourd'hui sur nos écrans d'accueil. De Uber (2010) à Netflix (2010) en passant par Instagram (2010), FaceTime (2010), Waze (2008) ou Spotify (2009), elles ont radicalement modifié notre rapport au monde, réorganisé les industries traditionnelles et jeté les bases d'un nouvel ordre mondial.

La 4G a mis le monde dans nos poches

Au moment de regarder dans le rétroviseur, dix ans peuvent parfois sembler une éternité. Lorsque le jour s'est levé le 1er janvier 2010, quelque 50 millions de téléphones mobiles s'étaient écoulés dans le monde lors des douze mois précédents, Uber n'était pas encore une application, AirBnb n'avait pas encore ouvert de bureau à Paris et Snapchat, Tinder ou Twitch n'existaient tout simplement pas. 

À lire aussi
Le Vivo X51 5G promet de révolutionner les prises de vue vidéo grâce à sa stabilisation magnétique Connecté
La marque chinoise Vivo se lance en France avec 4 smartphones

Aujourd'hui, plus de 5 milliards d'appareils mobiles sont utilisés tous les jours à travers la planète par deux tiers de la population mondiale. La démocratisation des réseaux sans fil 4G LTE a mis le monde dans nos poches et permis l'avènement d'une multitude de nouveaux services qui offraient des expériences limitées sur les téléphones 3G. Qu'il s'agisse de commander un taxi, de se faire livrer de la nourriture, de faire des rencontres, d'écouter de la musique, de lire l'actualité, de visionner un film, de faire des courses ou de louer un appartement, il y a désormais une application pour tout, accessible n'importe où. 

Un livreur Uber Eats (illustration)
Un livreur Uber Eats (illustration) Crédit : Koen van Weel / ANP / AFP

L'avènement de l'économie de la demande a profondément bousculé la structure de la société. On trouve aujourd'hui plus de chambres sur Airbnb que dans les complexes hôteliers. Des services comme Uber et Lyft ont rendu le transport de particulier plus facile et flexible que jamais mais ils ont aussi contribué à saturer la circulation dans les villes et à faire émerger une classe de travailleurs indépendants totalement inféodée aux décisions des plateformes.  

Ces services ont été naturellement adoptés à l'aune de leur valeur ajoutée sans questionner leur influence sur nos vies. Les applications de navigation ont par exemple remplacé les cartes routières et les GPS avec la promesse de proposer des trajets optimisés et de déjouer en temps réel les aléas de la circulation. Mais avions-nous prévu de léguer à leurs algorithmes nos propres repères dans le monde physique ? Ou de ne plus pouvoir passer un moment avec nos proches sans qu'il ne soit partagé sur les réseaux sociaux ?

Le smartphone a dominé notre vie

Avec les progrès de la miniaturisation des composants électroniques, les téléphones sont devenus au fil des ans de véritables appareils tout-en-un cumulant les fonctions autrefois dévolues à des appareils spécifiques comme les appareils photo, les caméscopes, les boîtiers GPS, le bloc-note, le baladeur MP3, le dictaphone et plus largement l'ordinateur de bureau.

Aujourd'hui, il nous paraît évident de posséder dans nos poches des supercalculateurs nous permettant de piocher à notre guise dans des hyper bibliothèques de centaines de milliers de films, séries et albums de musique stockés en ligne, d'accéder à des connaissances encyclopédiques depuis n'importe où et de jouer en réseau à des jeux en 3D face à des joueurs situés à l'autre bout du globe.

Netflix est la plateforme de vidéo en streaming la plus populaire
Netflix est la plateforme de vidéo en streaming la plus populaire Crédit : AFP

Ils sont aussi devenus de véritables alternatives aux appareils photo compacts en intégrant de plus en plus de capteurs capables de réaliser des prises de vue optimisées dans quasiment toutes les situations. Peu auraient cru il y a dix ans que le téléphone pourrait prendre des photos dans le noir, régler des achats, traduire des langues en temps réel, tourner des longs-métrages et même jouer un rôle dans les révolutions arabes ou les manifestations de Hong Kong.

Incroyablement utile, le smartphone est devenu essentiel dans nos vies. Mais beaucoup s'interrogent aujourd'hui sur notre dépendance à cet objet qui perturbe nos comportements sociaux et nous isole du monde en favorisant le repli sur soi au détriment de l'ouverture aux autres.

Face à ces questions, des géants technologiques comme Apple et Google ont commencé à proposer des fonctionnalités indiquant combien de temps nous passons tous les jours sur leurs produits. Pour nous offrir plus de contrôle mais aussi s'assurer que nous continuerons à les utiliser.

Les GAFAM sont devenus des empires

En 2011, Facebook comptait 500 millions d'utilisateurs réguliers. Dix ans plus tard, ils sont plus de 2,4 milliards. Comme le roi des réseaux sociaux, un certain nombre d'entreprises technologiques ont profité de la démocratisation du smartphone pour se rendre omniprésentes dans la vie quotidienne moderne en touchant des milliards de personnes à travers le monde, devenant incontournables pour dialoguer, interagir et évoluer dans l'espace public numérique mondial qu'ils ont façonné au fil des ans.

En échange d'un accès gratuit à leurs services, Facebook et Google ont accumulé un pouvoir inédit en collectant et en monétisant les informations personnelles de milliards d'utilisateurs qui leur permet d'appliquer un contrôle indirect sur nos vies numériques, remettant en cause la notion même de vie privée.

Des scandales comme l'affaire Cambridge Analytica ont montré à la fin de la décennie qu'il était facile d'utiliser ces données à des fins imprévues pour manipuler l'opinion et influencer des élections.

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg
Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg Crédit : AFP / Josh Edelson

Face à ces entreprises qui n'ont jamais autant accumulé de richesses, la marge de manœuvre des gouvernements est limitée. Les amendes infligées par les autorités sont dérisoires par rapport aux bénéfices qu'elles réalisent.

Mais l'aboutissement des procédures judiciaires initiées par les régulateurs dans différents dossiers liés à la fiscalité, aux données personnelles et aux pratiques anticoncurrentielles et les appels de plus en plus pressants à leur démantèlement pourraient bientôt remettre en cause leur domination.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Innovation Fil Futur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants