3 min de lecture Connecté

Pourquoi Apple, Facebook et Google veulent-ils nous faire déconnecter ?

DÉCRYPTAGE - Avec iOS 12, Apple introduit des outils pour mieux contrôler le temps passé sur son écran. Google et Facebook ont annoncé des fonctions similaires. Le bien-être numérique est la nouvelle lubie de la Silicon Valley.

Les entreprises du numérique accordent de plus en plus d'importance au bien-être numérique
Les entreprises du numérique accordent de plus en plus d'importance au bien-être numérique Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Les géants du numérique ne s'embarrassent pas des paradoxes. Champions de l'économie de l'attention, Apple, Google, Facebook, Instagram et YouTube veulent désormais nous faire lever le nez de nos téléphones. Après avoir passé une large partie de la dernière décennie à façonner le fonctionnement de leurs appareils et le design de leurs services pour nous faire rester le plus longtemps possible sur leurs outils et collecter de précieuses données à revendre aux annonceurs, voila qu'ils promettent aujourd'hui de nous aider à renouer avec la vie au-delà de l'écran

Les entreprises de la Silicon Valley accordent une place de plus en plus importante au bien-être numérique dans leur communication. Ces derniers mois, de nombreuses voix se sont élevées pour alerter contre les effets néfastes des biais cognitifs (jouer sur la paresse et l'inertie, flatter l'ego) et des mécanismes d'addiction (les notifications, likes, suggestions et autres astuces) développés par les sociétés du secteur rendre les utilisateurs accros à leurs applications. 

Un ancien ingénieur de Google, Tristan Harris, a suscité de nombreux débats dans la région pour dénoncer les dérives de ces pratiques, auxquelles il a lui-même contribué, et faire émerger l'idée d'une technologie plus responsable. En janvier, des investisseurs d'Apple ont demandé au groupe de se pencher sur la question, en soulignant les dangers posés par une sollicitation excessive pour la stabilité émotionnelle des jeunes utilisateurs. Le bien-être numérique s'est peu à peu imposé comme un argument marketing dans le paysage technologique.

À lire aussi
Un TGV (illustration) transports
Les actualités de 6h - SNCF : Trains, VTC, bus... L'application devient multitransport

"De la peur de rater" à "la joie de manquer" une info

En mai, Google a passé de longues minutes à détailler les outils de déconnexion numérique introduits dans la dernière version de son système d'exploitation pour smartphones Android pour "rendre du temps aux utilisateurs". "Il y a une pression croissante qui pousse à répondre immédiatement", regrettait notamment Sundar Pichai, le patron de l'entreprise. "Nous avons l'occasion de faire mieux" et de passer de "la peur de manquer quelques chose" à "la joie de manquer quelque chose", espérait-il alors. 

Pour ce faire, la mise à jour du logiciel propose un outil d'analyse du temps passé sur chaque application et du nombre de notifications qu'elles envoient tous les jours et donne la possibilité de définir une limite de temps pour contenir leur consommation. Un mode "ne pas déranger" fait passer l'interface en noir et blanc pour rendre les sollicitations du téléphone moins attrayantes à partir d'une certaine heure. Pour l'activer, il suffit de retourner son téléphone face contre table. 

Disponible ce lundi 17 septembre, le nouveau logiciel de l'iPhone comprend aussi des applications permettant de contrôler le temps passé sur son écran.  Un outil appelé "Temps d'écran" va envoyer des notifications pour savoir combien de fois on a sollicité son iPhone ou son iPad dans la journée et combien de temps on a passé sur les applications ou les sites Web. Un tableau de bord indiquera le nombre de notifications reçues lors des dernières 24 heures.

L'hyper connexion a encore de l'avenir

Comme sur Android, les utilisateurs pourront limiter le temps passé sur des applications. Les parents pourront surveiller les activités numériques de leurs enfants en imposant des limites d'utilisation pour chaque application et en exigeant un code une fois qu'elles sont atteintes. Il sera aussi possible de fixer un temps de repos durant lequel il ne sera pas possible d'utiliser l'appareil. Signe des temps, Facebook et Instagram ont annoncé le lancement d'outils similaires pour les prochaines semaines. 

Mais même drapées dans ces bonnes intentions, les entreprises du numérique continuent d'injecter régulièrement de nouvelles fonctionnalités, plutôt susceptibles de retenir plus longtemps les utilisateurs devant leur écran. 

Avec iOS 12, les possesseurs d'iPhone vont par exemple pouvoir façonner des emojis animés à leur effigie et plonger dans des expériences en réalité augmentée toujours plus immersives. Instagram songe pour sa part à développer son offre avec une section "shopping". Quant à la dernière version d'Android, elle sera seulement proposée aux appareils les plus récents, pas avant plusieurs semaines. N'en déplaise au secrétaire d'État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi, l'hyper-connexion a encore de beaux jours devant elle.

la rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Facebook Apple
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794498734
Pourquoi Apple, Facebook et Google veulent-ils nous faire déconnecter ?
Pourquoi Apple, Facebook et Google veulent-ils nous faire déconnecter ?
DÉCRYPTAGE - Avec iOS 12, Apple introduit des outils pour mieux contrôler le temps passé sur son écran. Google et Facebook ont annoncé des fonctions similaires. Le bien-être numérique est la nouvelle lubie de la Silicon Valley.
https://www.rtl.fr/actu/futur/pourquoi-apple-facebook-et-google-veulent-ils-nous-faire-deconnecter-7794498734
2018-09-17 21:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mFvKnBY5YPZ8YVSY16phGw/330v220-2/online/image/2018/0917/7794822396_les-entreprises-du-numerique-accordent-de-plus-en-plus-d-importance-au-bien-etre-numerique.jpg