3 min de lecture 1er mai

"Ce 1er mai n'a servi à rien, il est complètement illisible", selon Olivier Bost

ÉDITO - Que retenir de ce 1er mai 2019 ? Un statu quo inquiétant, pour la rue, comme pour l'exécutif. Autrement dit, rien et c'est bien le problème.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"Ce 1er mai n'a servi à rien, il est complètement illisible", selon Olivier Bost Crédit Image : Anne-Christine POUJOULAT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Entre 150.000 et 300.000 personnes, militants syndicaux et "gilets jaunes" ont manifesté mercredi 1er mai dans toute la France, dans une ambiance bon enfant en région, mais plus tendue et confuse à Paris. Des heurts ont éclaté, et des manifestants ont fait brièvement irruption dans un hôpital

En France, 164.000 personnes ont manifesté, selon le ministère de l'Intérieur, 310.000 selon la CGT. L'an dernier, entre 143.500 (préfecture) et 210.000 personnes (CGT) ont manifesté. Dans la capitale, la mobilisation pour la fête des travailleurs a réuni 40.000 manifestants selon un comptage réalisé pour un collectif de médias par le cabinet Occurrence.  

Mais c'est comme si nous faisions du surplace. Ce qui reste de "gilets jaunes" sont toujours là. Après 24 mobilisations, ils étaient très largement visibles dans les cortèges dans les grandes villes de France. Ils n'ont pas disparu. Ce n'est plus le mouvement du 17 novembre et ses plusieurs centaines de milliers de personnes mais ils sont comme autant de cailloux dans les chaussures d'Emmanuel Macron.

Pas de débat, pas de convergence des luttes

Tout indique que le président de la République a déclenché un mouvement dont il ne pourra jamais se défaire. Et puis, il y avait aussi le rouge de la CGT, le noir des blacks blocs. Il y avait ici ou là un peu de vert avec ceux qui militent pour la planète. Les syndicats progressistes comme la CFDT étaient à part.

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

Cela raconte bien quelque chose : qu'il y avait plus de monde que l'an dernier, de toute évidence. Qu'il n'y a pas de convergence des luttes, le vieux fantasme de l'extrême gauche. Nous avons assisté à une addition d'attentes, de mécontentements et à Paris à de la violence. Moins de violence, je sais, mais c'est la violence encore et toujours qui reste le plus marquant, le plus frappant.

C'est pour ça que je vous dis qu'on ne s'en sort pas. Il n'y a pas d'autres débats que de savoir si les CRS ont été bien employés. Mais cette journée reste-t-elle encore la journée de mobilisation des syndicats ? Ils ont été encore objectivement privés de toute tribune.

Emmanuel Macron surjoue la normalité

Pour la deuxième année consécutive, aucun de leur discours, aucune de leurs revendications n'ont été audibles. Alors que les sujets ne manquent pas. Le "travailler plus" et "plus longtemps", promis par le chef de l'État pour les retraites est un sujet dont il faudrait débattre qu'on soit d'accord ou pas.

Le sujet a été lancé il y a une semaine à peine. D'ailleurs, l'un des seuls faits marquants à été le contraste, encore une fois, entre la rue et les images de l'Élysée. Emmanuel Macron a surjoué la normalité. Comme si de rien n'était. Il a fêté l'apprentissage, la joie, le bonheur et l'accomplissement au travail. La salle des fêtes de l'Élysée, remplie de victuailles, semblait hors du temps.

Il reste une vague impression de bazar

Olivier Bost
Partager la citation

Pardonnez-moi d'insister... mais le pouvoir redoutait quand même une journée de fortes violences. On pourrait se réjouir de ce 1er mai si on pouvait se dire qu'on était revenu à une forme de normalité. Mais tout le monde voit bien que ce n'est pas le cas. Un 1er mai normal, ce sont les syndicats qui défilent et c'est tout.

Alors oui, les violences ont été contenues ou sont redescendues d'un cran. Ce n’est pas la chienlit. Mais il reste une vague impression de bazar. Ce 1er mai n'a servi à rien, il est complètement brouillé, illisible. Et ceux qui s'en réjouissent ont tort.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Emmanuel Macron Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants