3 min de lecture Politique

Marion Maréchal, Bernard Cazeneuve et Arnaud Montebourg "ont un espace politique"

Les rentrées de La République en marche et de Marine Le Pen n'ont réservé aucune surprise. Mais trois "retraités" de la politique se sont fait remarquer : Bernard Cazeneuve, Marion Maréchal et Arnaud Montebourg.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Marion Maréchal, Bernard Cazeneuve et Arnaud Montebourg "ont un espace politique" Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Paul Turban

Les deux grands rendez-vous politiques du week-end n’ont réservé aucune surprise. La République en Marche, à Bordeaux, a surjoué le mouvement en pleine forme. À Hénin-Beaumont, Marine Le Pen, pour son retour de vacances, s’en est prise à Emmanuel Macron. Mais ce week-end, plusieurs faux retraités de la politique ont aussi fait leur rentrée. 

Bernard Cazeneuve, Arnaud Montebourg, Marion Maréchal sont trois personnalités qui n’ont pas grand-chose à voir. Elles ont tout de même deux points communs. Elles se sont toutes les trois retirées de la vie politique et ont fait des apparitions ce week-end pour se rappeler aux bons souvenirs des Français. 

Bernard Cazeneuve a été le plus explicite durant une "Fête de la rose" dans l’Hérault. Dans un style plus direct que d’habitude, c'est-à-dire un peu moins littéraire et ampoulé, le dernier Premier ministre de François Hollande a posé tout ce qui fallait pour qu’en cas de besoin sa famille politique ne l’oublie pas en 2022. 

Emmanuel Macron, la cible commune

C’est le fameux "si les circonstances l’imposent", qui, il faut bien le dire, ne se sont quasiment jamais réalisées. Bernard Cazeneuve n’est ni le premier, ni le dernier, à espérer qu’on viendra le chercher. Il a attaqué Emmanuel Macron. Les premières années du quinquennat nous ont donné à voir, selon lui, une "République libérale, technicienne et verticale." Ça fait 3 gros mots dans la bouche de Bernard Cazeneuve. 

À lire aussi
Une femme voilée dans la rue (illustration) port du voile
Femme voilée au conseil régional : "Le port du voile est ressenti comme une provocation", dit Olivier Mazerolle

Dans une interview dans au MondeArnaud Montebourg a aussi attaqué Emmanuel Macron. Le chef de l’État mène, aux yeux de l’apiculteur et chantre du "Made in France" une politique incompatible avec son discours écologique. Lui vante la démondialisation, un capitalisme vert et le patriotisme économique. S’il voulait donner un rendez-vous et ne rien exclure pour la suite, Arnaud Montebourg ne s’y prendrait pas autrement. 

La majorité ne fait pas beaucoup de politique

Olivier Bost, éditorialiste politique de RTL.
Partager la citation

Troisième exemple, Marion Maréchal. La plus jeune des retraités de la vie politique a fait sa rentrée médiatique avant sa tante, Marine Le Pen. L’idée de Marion Maréchal, son rêve, est de voir se construire une vraie droite, ce qu’elle appelle un "compromis patriotique", c’est-à-dire une droite qui embrasse l’extrême droite et qui rejette une bonne fois pour toutes le centre. 

Un objectif détaillé ce week-end dans le Figaro. Elle a eu une phrase sévère pour le parti de sa tante : "Le Rassemblement national est indispensable à la vie politique mais pas suffisant pour transformer l’essai." Tout est donc permis pour la suite.

Un espace politique ouvert pour les retraités

Si ces retraités continuent d'exister, c'est qu'il y a du vide. La majorité ne fait pas beaucoup de politique. La rentrée de La République en marche à Bordeaux en a encore été la démonstration. Nous avons seulement appris qu’Édouard Philippe ne serait pas candidat à Paris. Voilà tout ce que l’on a retenu du week-end. C’est un peu faible. 

Le paysage politique semble aussi un peu sclérosé. Tout semble se réduire de plus en plus à ce qu’Arnaud Montebourg appelle "le duopole empoisonné" Macron-Le Pen. Il y a donc un espace pour que de jeunes retraités de la politique, avec leur notoriété, se fassent entendre. 

À la même époque, dans le quinquennat de François Hollande, un certain Emmanuel Macron venait tout juste de faire son entrée au gouvernement. À l’époque, lui aussi avait quitté la politique pour créer une start-up. Tous les espoirs sont donc permis, et pour tout le monde. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Marion Maréchal Arnaud Montebourg
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants