5 min de lecture Gouvernement

François de Rugy a présenté sa démission, Emmanuel Macron l'a acceptée

Le ministre de la Transition écologique a démissionné mardi 16 juillet. Il est au cœur d'une polémique sur des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, et des dépenses de rénovation de son logement de fonction.

François de Rugy, le 11 juillet 2019, à Niort
François de Rugy, le 11 juillet 2019, à Niort Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et Léa Stassinet

"Une décision personnelle". C'est avec ces mots qu'Emmanuel Macron a qualifié la décision de François de Rugy de présenter sa démission mardi 16 juillet.  

François de Rugy a été épinglé par MediapartLa polémique est partie de nombreux dîners fastueux donnés lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. De photos montrant homards et vins de grand cru ont enflammé les réseaux sociaux. 


La pression s'était encore accrue autour du ministre après que soient révélés plus de 63.000 euros de travaux aux frais du contribuable pour rénover son logement de fonction. Enfin, sa directrice de cabinet Nicole Klein a conservé pendant 12 ans un logement HLM qu'elle n'habitait plus. Le ministère a indiqué qu'il avait été mis fin aux fonctions de cette dernière

Abonnez-vous à notre podcast "L’œil de la République"

Retrouvez l'essentiel de la journée :

20h38 - Sur Twitter, François de Rugy a réagi pour la première fois depuis l'annonce de sa démission. "Comment ne pas penser aux mots de François Mitterrand en hommage à Pierre Bérégovoy", a-t-il écrit, accompagné d'une vidéo montrant l'ancien président de la République saluer la mémoire de son Premier ministre, qui s'était suicidé quelques jours plus tôt, le 1er mai 1993.

À lire aussi
Gabriel Attal sur RTL gouvernement
Étudiant immolé à Lyon : "Il y a de la misère étudiante" dit Gabriel Attal sur RTL

20h27 - Barbara Pompili, députée LaREM et proche de François de Rugy, transfuge comme lui d'Europe Ecologie-Les Verts, a salué "une démission responsable" de l'ex-ministre de la Transition écologique, en déplorant sa "légèreté dans la gestion des moyens publics destinés à l'exercice du mandat parlementaire". 

19h55 - "Je crois qu'il ne faut pas qu'il y ait de tribunal médiatique et il est important que les gens puissent se défendre. La décision de François de Rugy de partir du gouvernement nourrit cette volonté", a expliqué Sibeth Ndiaye au micro de RTL Soir.

19h18 - Invité de RTL Soir, Edwy Plenel, le cofondateur de Mediapart l'assure : "Nous n'accusons pas, nous faisons notre travail. Nous ne sommes ni procureurs, ni juges, nous publions des faits d'intérêt public". 

18h55 - L'annonce de sa démission a pris tout le monde politique de court. Le numéro 2 du gouvernement était en effet attendu dans l'hémicycle, comme d'habitude, chaque mardi, mais 20 minutes à peine avant le début de la séance, coup de théâtre : sa place restera vide.

18h14 - La "victime de cette situation c'est l'écologie", a estimé Julien Bayou, porte-parole d'EELV. "Qui pour succéder à François de Rugy sur ce poste et cet enjeu si malmené par le gouvernement ?", a-t-il ajouté sur Twitter.

17h59 - "François de Rugy fait un choix digne et responsable. Nous avons été élus sur une exigence d'exemplarité. Nous avons renforcé la transparence notamment à l'Assemblée. Nous devons continuer", a pour sa part estimé la porte-parole du groupe LaREM à l'Assemblée Aurore Bergé.

17h41 - Les dernières révélations de Mediapart publiées aujourd'hui auraient poussé François de Rugy à démissionner. Selon le site d'information, il aurait utilisé ses frais de mandat de député pour payer une partie de ses cotisations d'élu à son ancien parti EELV, tout en les déduisant du calcul de ses impôts.

17h19 - La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a pour sa part indiqué sur BFMTV n'avoir "aucune indication" prouvant que le ministre démissionnaire François de Rugy ait "commis des actes (...) contraires à la justice".

17h08 - Les réactions politiques s'enchaînent depuis l'annonce surprise de François de Rugy. Le député et président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan estime que "Rugy a enfin pris la décision qui s'imposait dès le début. Notre pays n'en peut plus de ces 'affaires' et de ces dépenses indignes. Le 'nouveau monde' d'Emmanuel Macron devrait enfin s'inspirer de l'éthique du général de Gaulle qui payait ses factures à l'euro près !".

16h50 - Combien de temps faudra-t-il attendre avant d'avoir un successeur à François de Rugy ? "C'est l'affaire du Premier ministre et du président de la République", a commenté Sibeth Ndiaye, qui rappelle que le gouvernement n'a "pas d'indication que des règles ont été transgressées".

16h27 - Pour Delphine Batho, ancienne ministre de l’environnement, "cette situation n'est pas tenable", a-t-elle commenté sur BFMTV.

16h20 - Gilles Le Gendre, le patron des députés LaREM, a salué le ministre démissionnaire : "François de Rugy incarne l'écologie moderne, c'est lui qui nous a poussé dans cette direction, nous devons rester dans cette voie là. C'est sa décision, je la respecte au nom du groupe que je préside."

15h47 - Parmi les réactions politiques notables, celle de Gilbert Collard. L'avocat de formation a utilisé sa verve habituelle, sur Twitter cette fois : "Sa majesté #Homard 1er a cuit dans le court-bouillon médiatique !", a commenté le député du Rassemblement bleu marine.

15h40 - Emmanuel Macron accepte "la décision personnelle" prise par son désormais ex-ministre de la Transition écologique et solidaire. 

15h38 - Pour Mathilde Panot, député LFI, "François de Rugy a fait preuve d'une indécence qui a choqué les Français", a-t-elle déclaré sur BFMTV.

15h24 : Mediapart fait de nouvelles révélations, quelques minutes après la démission du désormais ex-ministre. Selon Fabrice Arfi, François de Rugy aurait "utilisé ses frais de mandat de député (non fiscalisés) pour 1) payer ses cotisations à EELV et 2) défiscaliser ensuite ces dons dans sa déclarations de revenus".

15h20 - Matthieu Orphelin, ex-député de la majorité, commentait lundi 15 juillet sur RTL cette affaire en expliquant : "On n'est pas obligé d'être dans le faste".

>
Matthieu Orphelin invité de RTL du 15 juillet 2019 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :

15h05 - Pour Mediapart, "l'information a été plus forte que la communication". Le site d’investigations, dirigé par Edwy Plenel, affirme qu'il "s’apprêtait à publier [une] nouvelle enquête sur l’utilisation de ses frais professionnels en tant que député".

15h02 - François de Rugy annonce qu'il a "déposé ce matin une plainte pénale en diffamation par la voix du Bâtonnier Pierre-Olivier Sur et de Maître Mathias Chichportich, à qui j'ai confié la défense de mes intérêts."

14h51 - La veille, Emmanuel Macron affirmait depuis Belgrade, qu'il prendrait "pas de décision sur la base de révélations".

14h46 - Olivia Gregoire, députée LaREM de Paris, souhaite "s'arrêter sur les faits". Elle assure François de Rugy du soutien du groupe majoritaire à l'Assemblée. "S'il est blanchi, il faudra aussi le dire", a-t-elle déclaré, appelant l'opposition "à la pudeur".

14h40 - "Les attaques et le lynchage médiatique dont ma famille fait l'objet me conduisent aujourd'hui à prendre le recul nécessaire - ce que chacun comprendra. La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer sereinement et efficacement la mission que m'ont confiée le Président de la République et le Premier ministre. Dès lors, j'ai présenté ma démission au Premier ministre ce matin", a écrit le ministre dans un communiqué. 

La rédaction vous recommande

14h38 - François de Rugy a présenté sa démission, a-t-on appris à 14h34. Suivez la suite des événements avec nous sur RTL.fr.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement François De Rugy Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants