4 min de lecture Élysée

Emmanuel Macron a-t-il tenu ses promesses de campagne ?

UN AN À L'ÉLYSÉE (2/9) - Emmanuel Macron est en exercice depuis presqu'un an. Éducation, fiscalité, santé... Le président de la République a multiplié les réformes.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Emmanuel Macron a-t-il tenu ses promesses de campagne ? Crédit Image : Blondet Eliot-POOL/SIPA | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et Vincent Derosier

Il y a un an, le 23 avril 2017, Emmanuel Macron arrivait en tête lors du premier tour de l'élection présidentielle. C'est alors que commençait l'intense bataille de l'entre-deux-tours face à Marine Le Pen, la candidate du Front national. 

Quelques mois auparavant, les Français le découvraient lors de son arrivée au gouvernement de François Hollande, au ministère de l'Économie. Depuis élu, le président jupitérien réforme le pays à tours de bras. Il multiplie les interviews télévisés pour distiller le même message : "Je fais ce que j'ai dit". 

Néanmoins, face à la grogne sociale avec les ordonnances travail, la réforme de la SNCF, les blocages dans les universités, le président de la République a peu à peu déverrouillé sa communication pour faire place à davantage de pédagogie. Un an après son élection à la tête de la France, Emmanuel Macron a-t-il tenu ses promesses de campagne ?

Les réformes actées

Parmi tous les chantiers lancés par le président de la République, le gouvernement a présenté la loi sur la moralisation de la vie politique. Elle interdit notamment aux parlementaires d'employer des membres de leur famille et supprime la "réserve parlementaire". Il y a aussi la loi sécurité. Elle étend le pouvoir des préfets et forces de l'ordre pour surveiller et intervenir après la fin de l'état d'urgence. 

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

La première année du mandat d'Emmanuel Macron a été marquée par les ordonnances travail. Le gouvernement souhaitait assouplir le code du travail, avec la primauté des accords d'entreprise dans certains cas ou encore la baremmisation des indemnités prud'homales.
 
Dans le domaine de l'éducation, Jean-Michel Blanquer a poussé pour le dédoublement des classes de CP dans les quartiers REP et REP+. Une réforme du baccalauréat à partir de juin 2021 a aussi été engagée avec une réduction à quatre épreuves écrites, dont le français et la philosophie, et un grand oral, suppression des séries L, ES et S au profit d'un tronc commun et de spécialités en Première et Terminale. Autre point qui cause beaucoup de crispations dans les universités : réforme de l'admission à l'université avec le remplacement d'APB par Parcoursup.

Concernant le budget 2018, la suppression partielle de l'ISF a été lancée, ainsi qu'une taxe fixe de 30% sur les revenus financiers, sans oublier la hausse de la CSG et le début de la suppression de la taxe d'habitation ainsi que la suppression des cotisations salariales chômage et maladie. Le RSI a aussi été aligné sur le régime général.

En matière d'écologie, la loi hydrocarbures qui interdit l'exploitation en France d'ici 2040 a été votée. Emmanuel Macron a aussi tranché sur la décision de ne pas construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et expulsion des zadistes.

En santé aussi les chantiers ont été nombreux avec les onze vaccins deviennent obligatoires au lieu de trois et la hausse des prix des cigarettes, avec l'objectif du paquet à 10 euros. Autre mesure qui fait polémique au sein du pays : la limitation de la vitesse à 80 km/h qui entrera en application dès le 1er juillet.

Promesses tenues ?

C'est en parti vrai. Son programme fiscal a été appliqué tout-de-suite avec la baisse des cotisations, la hausse de la CSG, diminution de l'impôt sur la fortune. Les réformes du Code du travail et de l'apprentissage et de la formation professionnelle ont été engagées. La suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages est sur les rails. Emmanuel Macron est quant à lui très fier du dédoublement dans les classes de CP. Le chef de l'État en parle à chacun de ses déplacements. 

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux se félicite du rythme des lois : "Il y a tellement d'impatience dans le pays qu'on aimerait presque pouvoir aller encore plus vite". Des ordonnances pour aller encore plus vite justement. Le président n'exclut rien car il reste beaucoup à faire : les réformes des retraites ou de l'assurance maladie s'annoncent longues et compliquées. 

Et qu'en est-il du service national universel ? Il s'agissait d'une promesse du candidat En Marche. Désormais, elle tourne au casse-tête. Les députés de la majorité craignent un embouteillage législatif alors que les sondages montrent que les Français attendent des résultats en matière d'emploi, de fiscalité et surtout de pouvoir d'achat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants