2 min de lecture Grenoble

Délinquance à Grenoble : Gérald Darmanin répond aux critiques d'Éric Piolle

Une opération de police organisée le 26 août à Grenoble avait été dénoncée comme "une guerre d'images" par l'équipe du maire Éric Piolle. Le ministre de l'Intérieur a répondu avec vigueur et appelle à "une action résolue" du maire.

Gérald Darmanin, le 12 juillet 2020, au Mans
Gérald Darmanin, le 12 juillet 2020, au Mans Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Le mercredi 26 août, une opération de police a eu lieu à Grenoble (Isère) après que des hommes cagoulés et lourdement armés se soient affichés sur les réseaux sociaux. Alors que l'équipe du maire Europe écologique-Les Verts (EELV) Éric Piolle a dénoncé une "guerre d'images", le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répondu avec vigueur et appelé le maire à "une action résolue". 

Sur deux pages, Gérald Darmanin rappelle l'action de l'État à Grenoble. Selon lui, la ville de l'Isère a bénéficié d'une "hausse nette de 54 effectifs" de police nationale "démontrant la mobilisation importante" de l'État et "de 176 jours de présence de 30 à 60 CRS supplémentaires." 

Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur fustige la politique municipale, rappelant "l'importance de la participation des collectivités locales dans la co-production de la sécurité. Les "policiers municipaux, qui ne sont pas porteurs d'armes à feu, n'exercent pas leurs missions la nuit" à Grenoble, regrette Gérald Darmanin. 

Il reproche notamment à Grenoble de n'avoir "que 100 policiers municipaux", "soit un ratio d'un agent pour 1.580 habitants", contre "un agent pour 618 habitants" à Nice, administrée actuellement par Christian Estrosi, membre des Républicains, ancien parti du ministre de l'Intérieur.  

Le premier flic de France regrette aussi que la ville compte "moins de 90 caméras dont certaines ne fonctionnent pas depuis un certain temps", rappelant à Éric Piolle sa "vision assumée" d'opposition à cet "outil qui contribue à assurer la sécurité" des citoyens. 

À lire aussi
Eric Piolle, le maire de Grenoble, le 21 juillet 2020 La 5G
Macron a choisi "le camp de la violence" : Piolle lui répond sur la 5G

Gérald Darmanin ajoute de manière manuscrite : "je compte sur vous pour une action résolue aux côtés de l'État pour le bien de la France et des Grenoblois." Un ultime appel au maire de Grenoble qui ne s'est pas montré très tendre avec le ministre de l'Intérieur. 

À la suite de l'opération du 26 août dernier, Éric Piolle, vu par beaucoup comme l'opposant principal à Yannick Jadot pour représenter les écologistes, voire d'une gauche unie à l'élection présidentielle de 2022, avait regretté de n'avoir "aucune réponse du gouvernement" après avoir "demandé un renfort de policiers à l'État"

Sur RTL, Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble chargée de la tranquillité publique, avait repris les mêmes arguments, ajoutant que l'action ordonnée par Gérald Darmanin était "une guerre d'images". "Nous réclamons une collaboration entre l'ensemble des autorités et des effectifs de police supplémentaires", avait-elle expliqué. 

>
Violences à Grenoble : l'adjointe au maire dénonce une "guerre d'images" sur RTL Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grenoble Gérald Darmanin EELV
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants