2 min de lecture Grenoble

Violences à Grenoble : l'adjointe au maire dénonce une "guerre d'images" sur RTL

INVITÉS RTL - À la suite d'une opération de police menée à Grenoble, Driss Aït Youssef, docteur en droit et spécialiste de sécurité et Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble, relancent le débat sur la montée des violences et l'insécurité dans ce secteur.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi
>
Violences à Grenoble : l'adjointe au maire dénonce une "guerre d'images" sur RTL Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Venantia Petillault

Une opération de police a été menée dans la soirée de ce mercredi 26 août, dans le quartier sensible du Mistral, à Grenoble, après la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos mettant en scène des hommes cagoulés et lourdement armés autour d'un point de deal. Ces images ont suscité l'indignation du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui a réagi sur Twitter. Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble chargée de la tranquillité publique et Driss Aït Youssef, docteur en droit et spécialiste de sécurité, évoquent la montée de ces violences.

"La réponse qui été donnée hier a été une réponse aux dealers alors que ce qu'on attend c'est une réponse aux élus locaux car nous avons essayé de nous coordonner avec les autorités de police et de justice. Dès le mois de mars les maires de Grenoble, d'Échirolles et de Saint-Martin-d'Hères, les trois communes les plus importantes de l'Isère, ont interpellé le ministre de l'Intérieur car on avait déjà repéré un certain nombre d'agissements qui montraient que la situation pendant le confinement nécessitait un renfort d'effectif de police. Nous n'avons pas eu de réponse à ce courrier. C'est une guerre d'image. Nous réclamons une collaboration entre l'ensemble des autorités et des effectifs de police supplémentaires", demande Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble.

De son côté, Driss Aït Youssef revient sur les rôles du ministère de l'Intérieur et du maire : "Si on observe les événements à Dijon, c'est toujours la conséquence de quelque chose. Il y a eu des territoires perdus de la République. Le message délivré par le ministère de l'Intérieur c'est la réappropriation du territoire mais ce n'est qu'une posture. Comment les élus locaux avec la puissance publique contribuent à travailler ensemble ? Le maire a une responsabilité car la loi de 2007 le place comme étant le coordinateur de la politique locale de la délinquance. Cependant, les collectivités n'ont plus forcément les moyens de faire de la prévention et il faut arrêter de penser que le ministre de l'Intérieur, à lui seul, ne pourra pas régler cette question de la délinquance", assure le docteur en droit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grenoble Délinquance Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants