1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : "Nous sommes passés dans une autre dimension", dit Bost
2 min de lecture

Coronavirus : "Nous sommes passés dans une autre dimension", dit Bost

ÉDITO - Avec les restrictions du quotidien annoncées lors de son allocution de ce jeudi 12 mars, Emmanuel Macron a, en l'espace de quelques minutes, fait passer le pays "dans une autre dimension" selon Olivier Bost.

Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 mars 2020.
Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 mars 2020.
Crédit : Ludovic Marin / AFP
Coronavirus : "Nous sommes passés dans une autre dimension" dit Bost
03:00
Coronavirus : "Nous sommes passés dans une autre dimension" dit Bost
03:00
Olivier Bost - édité par Quentin Marchal

L’allocution de crise d’Emmanuel Macron va-t-elle tout changer et le quinquennat a-t-il basculé ? Ces questions méritent d'être posées alors que le discours du chef de l'État, fait avec une forme d’exhaustivité pour rassurer et se rassurer, a balayé tous les sujets. Du plus urgent au plus long terme, du local, du quotidien de l’importance de se laver les mains en passant par la mondialisation et l’avenir du commerce international, Emmanuel Macron n'a évité aucun sujet et tout y était.

Cette allocution à la fois dense et riche était, disons-le, un peu longue. Le président de la République n’a en fait laissé aucun angle mort et donc le moins d’angle d’attaque possible à ses adversaires politiques. Plus précisément, Emmanuel Macron a voulu allier un mélange de mesures fortes sans affoler et la promesse de changements politiques très forts. Nous sommes passés, en l'espace de quelques minutes seulement, dans une autre dimension.

Avec les restrictions du quotidien et des vannes financières totalement ouvertes, cette crise sanitaire est à un tournant en France. Il ne s’agit pas d’un virage, puisque nous sommes dans l’inédit, mais il y a bien de peu de choses qui correspondent aux fondamentaux d’Emmanuel Macron, de ce qu’il portait en 2017. Limiter la propagation du virus et amortir les effets économiques sont devenus dans la soirée de ce jeudi 12 mars les deux urgences absolues, "quoi qu’il en coûte"

Une portée politique importante

Les jours qui viennent vont donc être placés sous le signe de l’urgence mais Emmanuel Macron voulait déjà entrevoir l’après-crise. Et là encore, le chef de l'État chamboule ses fondamentaux en promettant "des décisions de ruptures". Notre économie subit actuellement un coup de frein violent du fait que nous soyons trop dépendants des importations. Pour économiser 3 centimes sur une pièce qui permet d’assembler une voiture chez nous, nous la faisons fabriquer à des milliers de kilomètres.

À lire aussi

Ce sujet de la mondialisation est un gros sujet politique. Une thématique qui nous projette déjà en 2022 avec ces interrogations et ces remises en cause qui touchent à l’économie, à l’écologie et à la souveraineté. Des domaines sur lesquels il y a matière à débattre pour les futurs candidats.

L’allocution d'Emmanuel Macron aura inévitablement une portée politique importante. Avec ses mots simples et cette empathie pour tous, le président de la République a rempli son rôle en trouvant le ton juste. Dans l’histoire politique récente, on a pu dire la même chose de Nicolas Sarkozy lors de la crise financière de 2008 ou de François Hollande après les attentats islamistes. Néanmoins, il faut aussi dire que pour l’un comme pour l’autre, ces moments importants ont été oubliés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/