1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Discours de Macron sur le Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces

Discours de Macron sur le Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces

ÉCLAIRAGE - Le président de la République s'est longuement exprimé et a détaillé une série de mesures à destination des Français et des entreprises, effectives pour certaines dès lundi.

Emmanuel Macron, le 12 mars 2020
Emmanuel Macron, le 12 mars 2020
Crédit : Ludovic Marin / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Combattre coûte que coûte le coronavirus et aider en priorité les personnes les plus fragiles. C'est dans cet axe qu'Emmanuel Macron a présenté une série de mesures, ce jeudi 12 mars, lors d'une allocution télévisée depuis l'Élysée. Il s'agissait de sa première prise de parole, sous cette forme, depuis le début de la crise. 

Selon un dernier bilan, près de 600 nouveaux cas ont été comptabilisés pour la journée de ce jeudi, dont 129 sont en réanimation. Le nombre de cas de nouveau coronavirus dans le monde a dépassé les 130.000, dont plus de 4.900 décès dans 116 pays et territoires, selon un bilan établi par l'AFP. 

Au total 131.479 personnes ont été contaminées et 4.925 sont décédées dans le monde. La hausse est notamment due aux nouvelles contaminations en Italie, deuxième pays le plus touché après la Chine. Jeudi, 2.651 nouveaux cas y ont été enregistrés, portant à 15.113 le nombre de personnes contaminées, parmi lesquelles 1.016 décès. 

Limiter les déplacements pour les plus de 70 ans

Sans détour, Emmanuel Macron a dressé le constat selon lequel, "cette épidémie qui affecte tous les continents et frappe tous les pays européens est la plus grave crise sanitaire qu'ait connue la France depuis un siècle".

À lire aussi

La "priorité absolue" du président de la République est de protéger les personnes les plus fragiles. "Il faut suivre celles et ceux qui sont les plus fragiles. Je demande ce soir à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans celles et ceux qui souffrent de maladies respiratoires de rester autant que possible à leur domicile. Elles pourront bien sûr sortir de chez elle mais elle doivent limiter leur contact au maximum", ajoute-t-il

Crèches, écoles, lycées, universités fermés dès lundi

"La santé n’a pas de prix", a déclaré Emmanuel Macron. Dans "l'intérêt collectif", le chef de l'État a annoncé que "les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermées", à partir de lundi et "jusqu'à nouvel ordre". "Fermés pour une raison simple : nos enfants et nos plus jeunes, selon les scientifiques, sont celles et ceux qui propagent, semble-t-il, le plus rapidement le virus", ajoute-t-il.
 
Cependant, Emmanuel Macron a annoncé que "les transports publics seront maintenus", car "les arrêter, ce serait tout bloquer, y compris la possibilité de soigner".

Des mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel

Le président de la République a aussi annoncé des mesures "exceptionnelles et massives" de chômage partiel. "Le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies quoi qu’il en coûte", a assuré Emmanuel Macron. 

Le président de la République refuse d'ajouter "aux difficultés sanitaires, la peur de la faillite pour les entrepreneurs, l’angoisse du chômage et des fins de mois difficiles pour les salariés". Il assure que "tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises"
 
Dans la foulée de ces déclaration, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures à destination des entreprises. "Dans les jours à venir, un mécanisme exceptionnel de chômage partiel sera mis en oeuvre". Autre annonce : "L’État prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux". "Je veux que nous puissions protéger aussi nos indépendants, et donc nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour donner cette garantie sur le plan économique", a-t-il ajouté.

Reporter le paiement des cotisations et impôts

Après avoir abordé le volet des salariés, Emmanuel Macron a aussi adressé un message aux entreprises. "Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dus en mars", a-t-il déclaré. 

"Je veux pour nos forces économiques des mesures simples : les échéances qui sont dues dans les prochains jours et les prochaines semaines seront suspendues pour toutes celles et ceux qui en ont besoin", a-t-il ajouté.  

À noter que le Medef a demandé des mesures d'urgence pour sauver des entreprises durement frappées par la crise du coronavirus ainsi que des réformes pour faire baisser les coûts de production en France en sortie de crise. 

Un plan de relance national et européen

Sur le volet européen, Emmanuel Macron a ajouté : "Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, de fermeture de frontières à prendre, mais il faudra les prendre à l'échelle européenne"

"On ne vient à bout d'une crise d'une telle ampleur sans faire bloc, sans une grande discipline individuelle et collective (...) le temps est à l'union sacrée", a-t-il insisté. "Je compte sur vous, parce que le gouvernement ne peut pas tout seul, et parce que nous sommes une nation", a-t-il ajouté, invitant chacun à respecter les consignes et les gestes barrière contre le virus "aujourd'hui encore trop peu appliqués". "Ces gestes, ils peuvent vous à paraître anodin, ils sauvent des vies", a-t-il souligné. 

"J'ai demandé au gouvernement de préparer d'ores et déjà un plan de relance national et européen cohérent avec nos priorités et nos engagements pour la France", a déclaré le président français dans une allocution sur le coronavirus. "Nous devons aussi porter une réponse européenne. La banque centrale a déjà aujourd'hui fait part de ses premières décisions. Seront-elle suffisantes ? Je ne le crois pas", a-t-il ajouté. 

Le premier tour des municipales maintenu

Quelques heures avant l'allocution du président de la République, un éventuel report du premier tour des élections municipales a été évoqué. Emmanuel Macron a confirmé que les élections auront bien lieu. Le chef de l'État s'est appuyé sur l'avis de scientifiques pour qui "rien ne s'oppose" à ce que les Français "se rendent aux urnes". "Il est important en ce moment, en suivant l'avis des scientifiques comme nous venons de le faire, d'assurer la continuité de notre vie démocratique et de nos institutions", a-t-il assuré. 

Emmanuel Macron a expliqué ce choix : "J'ai interrogé les scientifiques sur nos élections municipales (...) Ils considèrent que rien ne s'oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes". "J'ai aussi demandé au Premier ministre, il l'a fait ce matin, de consulter largement toutes les familles politiques et elles ont exprimé la même volonté. Il conviendra de veiller au respect strict des gestes barrières contre le virus et des recommandations sanitaires" les jours de scrutin, a-t-il souligné, assurant faire "confiance aux maires et au civisme de chacun". 

Le président de la République a aussi voulu adresser un message aux maires. "Je sais aussi que les mairies et les services de l'État ont bien organisé les choses", a-t-il assuré. Le chef de l'État a précisé que "des consignes renforcées seront données" dès vendredi, "afin que nos aînés n'attendent pas longtemps, que des files ne se constituent pas, que les distances soient aussi tenues et que ces fameuses mesures barrières soient bien respectées". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/