2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : non, le gouvernement n'a pas légalisé l’euthanasie

FACT CHECKING - Alors qu'un député avait fustigé "un permis légal d’euthanasier en France" avec le décret du 28 mars, l’euthanasie est toujours illégale et le gouvernement ne vient pas de lever cette interdiction en pleine crise sanitaire.

micro générique Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, le gouvernement ne vient pas de légaliser l'euthanasie Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Quentin Marchal

"On donne un permis légal d’euthanasier en France avec le décret du 28 mars , c’est moralement insoutenable, la vie c’est l’espoir". C'est par ses mots que le député UDI de la huitième circonscription des français de l’étranger, Meyer Habib, s'est indigné sur Twitter le jeudi 2 avril. Le lendemain, il écrivait sur le réseau social : "Ma lettre à Olivier Véran , l’euthanasie est le contraire d’un acte fraternel", et ce message a incité d’autres élus à suivre le mouvement comme l’eurodéputé  du Rassemblement National (RN) Gilbert Collard.

Incroyable. Et moi qui pensais que l’euthansie était toujours illégale en France et encadrée par la loi Leonetti de 2005 qui refuse également l’acharnement thérapeutique. En fait, c’est toujours le cas et l’euthanasie est bel et bien toujours illégale et le gouvernement ne vient pas de lever cette interdiction en pleine crise sanitaire.

En réalité, le décret du 28 mars 2020 modifie temporairement le périmètre d’utilisation et de prescription du Rivotril sous forme injectable. Ce médicament est habituellement prescrit pour soigner certaines crises d’épilepsie et il peut aussi être appliqué comme sédatif pour des patients en soin palliatif. Et c’est là qu'est toute la subtilité qui échappe , parfois à certains élus. Soulager un patient en fin de vie , ce n’est pas avoir recours à l’euthanasie

Un médicament très encadré

Pour le personnel soignant, donner du rivotril ne veut pas dire que l’on arrête les soins, mais équivaut à plonger le patient vers une sédation profonde alors que la détresse respiratoire devient insupportable. Cela n'a donc rien à voir avec l’injection d’une dose léthale, comme c'est le cas avec l’euthanasie, qui provoque un décès non naturel contrairement à la sédation. Avec ces question difficiles, qui relèvent de l’intime mais que certains essayent de faire mousser dans une période confuse, tout est bon pour la fake news.

À lire aussi
Élie Semoun, le 12 novembre 2016 people
VIDÉO - Coronavirus : les retrouvailles émouvantes d'Élie Semoun et son père

Le rivotril est très encadré et tout le monde n'est pas en mesure d'en acheter. Au départ, seul les pharmacies occipitaux pouvaient le délivrer et ce décret élargit seulement ce droit aux pharmacies de ville, à la demande du conseil national professionnel de gériatrie . L'objectif est de permettre d’apaiser, à domicile ou en Ehpad, la fin de vie des patients "ne pouvant être admis en réanimation

Il faut que ce soit fait de manière collégial et tout le monde ne peut pas venir en acheter en pharmacie. L’utilisation du rivotril concernant le coronavirus est étendue jusqu’au 15 avril. Il n'est donc ici pas question d’euthanasie et strictement rien n’indique une légalisation prochaine de cette pratique. Rien ne sert de prendre ses intox pour des réalités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Euthanasie Médicaments
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants