2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : un convoi de malades du Covid-19 obligé de faire demi-tour

Un autocar en partance de Reims en direction de Tours afin de transférer des malades du Covid-19, a dû faire demi-tour faute d'autorisation administrative.

Une infirmière régule l'oxygène d'un patient atteint du Covid-19 à Colmar, le 26 mars 2020
Une infirmière régule l'oxygène d'un patient atteint du Covid-19 à Colmar, le 26 mars 2020 Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Huit patients atteints de Covid-19 devaient être transférés du CHU de Reims, de la polyclinique privée Courlancy de Bezannes (Marne) et de l'hôpital de Châlons-en-Champagne, pour rejoindre la clinique Saint-Gatien de Tours, mardi 31 mars. Mais leur trajet prendra fin environ une heure après leur départ de la Marne. 

L'autocar médicalisé, affrété auprès des Autocars Schidler de Metz, a dû faire demi-tour durant ce transfert interrégional. "La directrice du CHU a reçu un coup de téléphone", indiquant "qu'il fallait arrêter ce transfert et faire revenir les patients" a expliqué à l'AFP Arnaud Robinet, maire de Reims (Marne) et président du conseil de surveillance du CHU de Reims.

Une annulation qui est dû à une absence d'autorisation de la part du ministère de la Santé. "Les échanges interrégionaux (de patients atteints de Covid-19) sont soumis à l'autorisation du centre de crise sanitaire du ministère de la Santé, ce qui n'était pas le cas" lors de ce transfert, a expliqué à l'AFP l'Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est.

L'hôpital de Reims "au bord de la saturation"

"La doctrine est nationale et déclinée à l'échelon régional. Ainsi, il est d'abord privilégié les transferts interdépartementaux au sein des groupements hospitaliers de territoires", ajoute l'AFP de même source.

À lire aussi
L'entreprise Sanofi de Paris, le 25 septembre 2012. épidémie
Coronavirus : la Grande-Bretagne prête à signer un accord pour des vaccins avec Sanofi

"Le transfert a été retardé afin d'être en phase avec la régulation mise en oeuvre au niveau national. Si d'autres transferts devaient avoir lieu, ils le seraient en conformité avec ce cadrage national", avait assuré mardi soir le CHU de Reims dans un communiqué. L'établissement se refuse depuis à tout commentaire.

Le maire de Reims Arnaud Robinet a regretté un "couac administratif" mais "pas médical !", rappelant que l'hôpital de sa ville est actuellement "au bord de la saturation".

Mercredi, le CHU de Reims comptait 116 patients hospitalisés confirmés Covid-19 ou en attente de confirmation et 41 patients en réanimation à cause du Covid-19, soit 74% d'utilisation des capacités selon la direction.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants