1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les infos de 18h - "Charlie Hebdo" : "Il faut vivre libre sinon à quoi bon vivre", dit Riss au procès
2 min de lecture

Les infos de 18h - "Charlie Hebdo" : "Il faut vivre libre sinon à quoi bon vivre", dit Riss au procès

Au procès des attentats de janvier 2015, Riss, le directeur du journal "Charlie Hebdo", a rappelé l'importance de ne pas se soumettre à "l'arbitraire démentiel de fanatiques".

Une personne lit le numéro de Charlie Hebdo sortie à la suite des attentats de janvier 2015, le 13 janvier 2015 à Paris
Une personne lit le numéro de Charlie Hebdo sortie à la suite des attentats de janvier 2015, le 13 janvier 2015 à Paris
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Les infos de 18h - Charlie Hebdo : "Il faut vivre libre sinon à quoi bon vivre", dit Riss
13:22
Le journal RTL de 18h du 09 septembre 2020
13:22
Cindy Hubert - édité par Florise Vaubien

Au procès des attentats de janvier 2015, le témoignage de Riss était particulièrement attendu. Comme les autres survivants de Charlie Hebdo, celui qui dirige aujourd'hui le journal a raconté "son" 7 janvier 2015. L'horreur, le sang et les séquelles qui resteront à vie. Le directeur de Charlie Hebdo a également livré une analyse plus politique de cette journée dramatique
 
Riss ne s’est pas présenté comme une victime au palais de justice de Paris : une victime, c'est un "mot qui vous classe du côté des chiens battus", estime-t-il. Avec les jambes qui tremblent, il revient d’une voix forte sur la chronologie des faits qui ont mené au bain de sang ce 7 janvier 2015
 
En 2006, le journal satirique publie plusieurs caricatures notamment celle du prophète Mahomet titrée "C’est dur d’être aimé par des cons". La menace terroriste pointe le bout de son nez. En 2011, la rédaction décide de réaliser un spécial "Charia" : "On avait dessiné un Mahomet sympa et le journal a brûlé". 

Conséquence : certains journalistes sont placés sous protection policière. Une Fatwa est même lancée à l’encontre de Charb. Mais avec le temps, le danger semble s’éloigner et l’équipe ne s’y attendait plus. 

Je ne vais pas vivre soumis à l'arbitraire démentiel de fanatiques

Riss au palais de justice de Paris, lors du procès des attentats de Charlie Hebdo

L'avocat de Riss, Me Richard Malka, tient à projeter ces caricatures qui représentent le symbole du combat de Charlie Hebdo pour la liberté : "Je veux la remontrer aux jeunes générations : c'est pour cela qu'ils ont tué, pour des motifs aussi futiles que ces dessins", déplore-t-il. 

Compte tenu de tous ces morts, ces caricatures valaient-elles le coup, demande l’avocat. "Ce n’est pas comme ça qu'il faut raisonner : je ne vais pas vivre soumis à l'arbitraire démentiel de fanatiques", estime Riss. "Si on ne vit pas libre, à quoi bon vivre ?", s'interroge-t-il à la barre du palais de justice de Paris. 

À écouter également dans ce journal

À lire aussi

Football - Jeudi 10 septembre, l’attaquant des Bleus Olivier Giroud sortira sa biographie Toujours y croire. Un ouvrage sur ses doutes, sa famille et ses victoires. 

Coronavirus - D’après Jean-François Delfraissy, le gouvernement devra prendre des décisions difficiles dans "les huit à dix jours maximum" pour faire face à l’épidémie qui est à "un niveau inquiétant".

Tour de France - Mercredi 9 septembre, l’australien Caleb Ewan s’est imposé à Poitiers dans la 11e étape de la compétition : il a distancé de peu le Slovaque Peter Sagan (Bora) et l'Irlandais Sam Bennett ( Deceuninck). 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/