1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Grégory : près de 37 ans après, où en est l'enquête ?
2 min de lecture

Affaire Grégory : près de 37 ans après, où en est l'enquête ?

ÉCLAIRAGE - L'année 2021 sera-t-elle celle de la résolution de l'affaire Grégory ? Près de 37 ans après le meurtre du petit garçon de 4 ans retrouvé dans la Vologne, l'enquête se poursuit.

Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, le 16 octobre 1984
Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, le 16 octobre 1984
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Cassandre Jeannin

37 ans après les faits, le mystère plane toujours autour de l'affaire Grégory. La justice poursuit son enquête pour tenter d'identifier le ou les coupable(s) de ce meurtre sordide survenu le 16 octobre 1984. Ce jour-là, le petit Grégory était retrouvé dans la Vologne pieds et poings liés. Le lendemain, un mystérieux corbeau revendiquait le meurtre par téléphone, et les parents recevaient une lettre anonyme.

Depuis, l'affaire n'a cessé d'être marquée par des drames, révélations et rebondissements judiciaires mais n'a toujours pas été élucidée. Les soupçons se sont d'abord dirigés vers Bernard Laroche, désignée par sa belle-sœur Murielle Bolle qui a fini par se rétracter. Il a été assassiné par Jean-Marie Villemin, le père du petit garçon, en 1985. C'est ensuite la mère de Grégory, Christine Villemin, qui a été accusée avant d'être innocentée en 1993.

L'enquête s'accélère en 2017 avec les mises en examen de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory et Ginette Villemin, tante de Grégory. Quelques mois plus tard, c'est Murielle Bolle qui sera mise en examen pour "enlèvement suivi de mort". Tous seront remis en liberté. 

La rédaction vous recommande

De nouveaux espoirs

Fin décembre 2020, un nouveau magistrat a décidé de relancer l'enquête. De nouvelles auditions de témoins, liés à l'entourage familial et au voisinage du petit Grégory, ont eu lieu. La piste d'un complot familial est toujours l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs. Jaloux de Jean-Marie Villemin, son cousin Bernard Laroche, son oncle et sa tante, les époux Jacob, et sa cousine Murielle Bolle, s'en seraient pris au petit Grégory.

À lire aussi

Pour avancer, la chambre d'instruction de Dijon a autorisé des prélèvements ADN dans l'entourage du petit garçon de 4 ans et de ses parents Jean-Marie et Christine Villemin, grâce à la technique de l'ADN de parentèle qui permet de remonter à partir d'une empreinte génétique vers des membres d'une même famille. La Cour a également accepté les prélèvements génétiques de 37 nouvelles personnes, principalement des collègues et protagonistes de l'époque.

Une expertise sur les lettres du ou des "corbeaux" est aussi au cœur du dossier grâce à la stylométrie. Il s'agit d'une science ancienne, qui se targue de pouvoir identifier les auteurs de textes. Les résultats ne sont toujours pas connus et les parties civiles se montrent très circonspectes sur cette technique qui n'apportera pas de preuves mais de simples présomptions.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/