1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Un milliard de vaccins injectés en Chine : un succès plus politique que sanitaire ?
2 min de lecture

Un milliard de vaccins injectés en Chine : un succès plus politique que sanitaire ?

FACT CHECKING - La Chine aurait administré près de la moitié des doses mondiales, mais ne communique pas sur le nombre de Chinois pleinement vaccinés.

Une femme reçoit un vaccin Sinovac en Chine
Une femme reçoit un vaccin Sinovac en Chine
Crédit : STR / AFP
Vaccins : la Chine a-t-elle réellement signé un succès sur le plan sanitaire ?
02:46
Vaccins : la Chine a-t-elle réellement signé un succès sur le plan sanitaire ?
02:46
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

Début juin, l’AFP illustrait la rapidité de la campagne vaccinale dans le monde avec un chiffre : 2,5 milliards de doses injectées dans le monde en six mois. Dimanche 20 juin, la Chine a annoncé son propre chiffre : 1 milliard de doses administrées rien qu’à l’intérieur du pays, soit la moitié des doses mondiales. 

Chaque jour depuis la fin mai, la deuxième économie mondiale inocule jusqu’à 20 millions de doses. L’équivalent de près de deux fois la population de l’Île-de-France, qui reçoit quotidiennement une injection de Sinovac, ou de l’un des quatre autres vaccins homologués par les autorités, tous chinois. Soucis : Pékin ne communique pas sur le nombre de personnes totalement vaccinées. Le ministère de la Santé évoque la construction de "la grande muraille de l’immunisation", sans plus.

Selon l’agence de presse Reuters, Pékin et Shanghai ont vacciné pleinement 70% et 50% de leurs habitants, respectivement. Dans les provinces plus rurales, on tombe à 20%. Il faut faire vite, car Xi Jinping, le président chinois, veut un maximum de gens vaccinés pour le 1er juillet, date du centenaire du Parti communiste chinois. Un virus n’allait pas arrêter ça.

Convaincre la population, et dépasser l'Occident

Avec ce chiffre d'un milliard, la Chine fait une démonstration de puissance. Deux messages sont en fait envoyés par Pékin. Le premier à sa population : très réticente envers les vaccins fabriqués par les laboratoires du pouvoir, il a fallu convaincre. La vaccination n’est pas obligatoire, mais les réflexes d’un pouvoir autoritaire, de ses fonctionnaires zélés et la crainte des répercussions d’être un mauvais citoyen ont poussé la population à aller dans les vaccinodromes. Dans certains coins du pays, on promet une piqûre contre des légumes, un savon ou des bons d’achat. 

À lire aussi

Ensuite, ce milliard de piqûres annoncé fièrement est aussi adressé aux Occidentaux. Sur les réseaux sociaux, des proches du pouvoir chinois rivalisent de messages expliquant à quel point la patrie et le parti sont forts puisque désormais, ils dépassent les États-Unis et l’Europe en terme d’injections de vaccins. Ce n’est pas encore le cas, mais ça devrait l’être à la fin du mois avec comme objectif 40 doses pour 100 habitants

Le président chinois a parlé de guerre patriotique contre le virus. Les frontières sont fermées, l’économie brille de nouveau, mais la Covid n’a pas disparu. Une centaine de cas du variant Delta (aussi connu comme le "variant indien") ont été repérés. Surtout, dans le sud du pays, des ports ont été fermés pour contrer une flambée soudaine de coronavirus. Des fermetures qui bloquent une partie du commerce mondial et font déjà craindre des retards de livraison pour… Noël prochain. On a déjà le sujet de conversation autour de la dinde et des marrons.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/