2 min de lecture États-Unis

Racisme aux États-Unis : "Trump n'est que la partie émergée de l'iceberg", selon un avocat

INVITÉ RTL - Selon Jean-Claude Beaujour, avocat et vice-président du cercle d'influence transatlantique France-Amériques, Donald Trump joue sur la fracture raciale aux États-Unis.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Racisme aux États-Unis : "Trump n'est que la partie émergée de l'iceberg", selon un avocat Crédit Image : Brendan Smialowski / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et PHILIPPE CORBE

Donald Trump a officiellement été désigné par le parti républicain ce lundi 24 août comme candidat à l'élection présidentielle. L'une des images fortes de la convention du parti républicain était la présence, en majesté, d'un couple qui avait menacé avec des armes à feu des manifestants après la mort de Georges Floyd. Le président américain joue donc sur la cassure sociale liée au racisme aux États-Unis, et peint le portrait d'une Amérique à feu et à sang. 

Pour Jean-Claude Beaujour, avocat et vice-président du cercle d'influence transatlantique France-Amériques, "Trump n'est que la partie émergée de l'iceberg". "Historiquement, l'Amérique a été ségrégée et reste encore profondément marquée par cette ségrégation", assure-t-il au micro de RTL.

Selon lui, "l'Amérique est fracturée entre les conservateurs et les progressistes" et Donald Trump défend 'l'Amérique telle qu'elle est", y compris face aux accusations de racisme.

Un enjeu pour Biden : mobiliser l'électorat noir

De l'autre côté, son opposant démocrate Joe Biden tente de mobiliser l'électorat noir, en choisissant notamment comme vice-présidente Kamala Harris, une femme noire engagée contre le racisme. "Celui qui n'a pas l'électorat noir ne peut pas être élu, c'est ce qui a manqué à Hillary Clinton", analyse Philippe Corbé, correspondant de RTL aux États-Unis. 

À lire aussi
Facebook est le premier réseau social mondial avec plus de 2 milliards d'utilisateurs États-Unis
Présidentielle américaine : Facebook peut-il encore influencer le scrutin cette année ?

L'enjeu pour Joe Biden, c'est donc de mobiliser cet électorat noir, souvent abstentionniste, notamment en raison d'une sorte de fatalisme face à la politique américaine. Il souffre en effet beaucoup du racisme. "Barack Obama a été président des États-Unis et le problème n'est pas résolu pour autant. La solution passe par une politique visant à lutter contre l'injustice sociale", avance Jean-Claude Beaujour.

Alors que Joe Biden semble maintenir une certaine avance dans les sondages face à Donald Trump, l'élection pourrait toutefois se jouer à très peu de choses, comme en 2016. Au centre de l'élection notamment, quelques États clés, et notamment le Wisconsin. Dans cet État du nord du pays justement, une vidéo montrant un policier blanc tirant à 6 reprises dans le dos d'un homme noir a suscité des rassemblements pacifistes, puis des émeutes

Contrairement à la mort de Georges Floyd sur laquelle Donald Trump s'était empressé de s'exprimer, il n'a pas soufflé un mot sur cette affaire à l'occasion de la convention républicaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Racisme Élections américaines
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants