3 min de lecture Épidémie

Coronavirus en Nouvelle-Zélande : Auckland reconfinée, le point sur la situation

Avec 22 décès liés au coronavirus, la Nouvelle-Zélande a souvent été saluée pour sa gestion de l'épidémie. Toutefois, à la suite de nouveaux cas, la Première ministre a décidé de prolonger le confinement de la ville d'Auckland.

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise
Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise Crédit : Marty MELVILLE / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

La Nouvelle-Zélande est relativement préservée de l'épidémie de coronavirus avec moins de 25 décès depuis la découverte du virus, sur une population de 5 millions d'habitants. Toutefois, la Première ministre Jacinda Ardern, a décidé de prolonger le confinement d'Auckland, la plus grande ville du pays.

À la suite de quatre nouveaux cas de coronavirus, chose qui n'était pas arrivée depuis 102 jours, les habitants d'Auckland avaient été appelés à se reconfiner, au moins pendant trois jours, à compter du mercredi 12 août. Néanmoins, ce vendredi 14 août, Jacinda Ardern a prolongé ce confinement jusqu'au 26 août.

Cette décision de la Première ministre intervient dans le but de laisser plus de temps aux autorités sanitaires pour contenir et connaître l'origine des cas de coronavirus qui viennent d'être recensés dans l'archipel océanien. L'objectif étant de prévenir une deuxième vague de la Covid-19, qui est pour l'heure inconnue. 

Quatre membres d'une même famille testés positifs

Des tests analysant le génome des récentes contaminations ont montré que ces dernières n'ont pas la même souche que lors des précédentes. "Cela laisse à penser qu'il ne s'agit pas d'un cas de virus dormant (...), il semble nouveau en Nouvelle-Zélande", a affirmé Mme Ardern. La Première ministre a également expliqué que ces analyses n'avaient pas permis d'établir un lien avec les cas de coronavirus enregistrés parmi les voyageurs de retour de l'étranger, qui sont automatiquement placés en quarantaine lors de leur arrivée. 

À lire aussi
vaccin
Nouvelle-Zélande : 9 douaniers licenciés pour avoir refusé le vaccin anti-covid

Mardi 11 août, quatre membres d'une même famille d'Auckland ont été testés positifs au coronavirus. Après une remarquable série de 102 jours consécutifs sans contamination locale, la Nouvelle-Zélande a enregistré une trentaine de nouveaux cas. Face aux spéculations sur le fait que le virus aurait pu arriver par fret, Jacinda Ardern a reconnu que son origine pourrait ne jamais être trouvée.

La Première ministre optimiste mais ferme

Toutefois, la Première ministre a tenu à saluer la rapidité avec laquelle cette nouvelle épidémie a été détectée et s'est montrée optimiste sur la capacité du pays à l'endiguer : "Nous n'avons pas nécessairement besoin de répondre à cette question pour contenir et traiter ce groupe de manière efficace", a-t-elle déclaré. Mme Arden a également tenu à honorer les 1,5 millions d'habitants d'Auckland qui portent "un lourd fardeau" pour le bien-être de la nation.

Toutefois, la Première ministre a été stricte : "Lever maintenant les restrictions et assister à une explosion potentielle des cas est la pire chose que nous ferions pour Auckland et l'économie néo-zélandaise". 

Quelques jours auparavant, Chris Hipkins, le ministre de la Santé néo-zélandais, avait fait état de deux nouveaux cas enregistrés à Tokoroa, une ville située à 210 km au sud d'Auckland. Néanmoins, Mr Hipkins s'est montré optimiste sur la possibilité de circonscrire l'épidémie, car "à ce stade, tous les cas sont liés, ils font tous partie d'un même foyer d'infection basé à Auckland".

En deux jours, déjà 50.000 personnes ont été testées

L'annonce de se reconfinement et la perspective d'une deuxième vague de coronavirus a troublé les Néo-Zélandais. En effet, après plus de trois mois sans aucun cas, les habitants se pensaient à labri de la pandémie. Souvent pris comme exemple dans sa gestion de la crise épidémique, la Nouvelle-Zélande suit la même stratégie que lorsqu'elle a imposé fin mars un confinement de sept semaines. 

Ainsi, seront placées à l'isolement les personnes testées positives. Le pays recherchera les cas contacts et mènera une vaste campagne de dépistage. Jacinda Ardern a indiqué qu'au cours des deux derniers jours, des prélèvements ont été effectués auprès d'environ 50.000 personnes. 

De plus, après avoir appris que la plupart des employés de l'aéroport d'Auckland n'avaient jamais été testés, le gouvernement néo-zélandais a rendu obligatoires les tests de dépistage pour le personnel travaillant dans des ports et dans des centres où les personnes sont placées à l'isolement. 

Concernant la frontière, le ministre de la Santé a rejeté les accusations selon lesquelles celle ci n'avait pas été suffisamment sécurisée, tout en reconnaissant qu'il aurait souhaité "plus de tests" et "plus tôt". Depuis le début de l'épidémie, la Nouvelle-Zélande n'a jusqu'ici enregistré que 22 décès dus au coronavirus sur son sol, pour une population de 5 millions d'habitants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Risque sanitaire Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants