3 min de lecture Économie

Coronavirus : les finances du Vatican plombées par la pandémie

La basilique Saint-Pierre de Rome rouvre ses portes ce lundi 18 mai. L'occasion pour le Vatican de relancer des finances plombées par le coronavirus et le confinement.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : les finances du Vatican plombées par la pandémie Crédit Image : FILIPPO MONTEFORTE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Charles Deluermoz

L'argent est un sujet un peu tabou dans l'Église. Pourtant, ce week-end, le ministre des Finances du Pape, le Père jésuite Juan Antonio Guerrero Alves a averti que les revenus du Vatican allaient baisser de 25% dans le meilleur des cas, et jusqu'à 45% cette année.
Le coronavirus est un coup dur pour l'Église, surtout que le Père Alves avait justement été nommé en janvier dernier pour remettre un peu d'ordre dans les comptes.
 
Mais cela représente quel budget le Vatican ? "Moins que le budget d'une grande université américaine" répond le Saint-Siège. Les derniers comptes officiels ont été publiés en 2015. Je vous ai dit que l'argent et l'Église avait toujours un rapport un peu compliqué. Disons que les revenus du Saint-Siège (donc l'administration des services du Pape) tournent autour de 270 millions par an et les comptes affichent un déficit récurrent de 60 à 70 millions par an.

Donc le Saint-Siège vit un peu au-dessus de ses moyens mais vous avez un patrimoine de 5.500 biens immobiliers avec 600 commerces et bureaux qui sont estimés à 3 milliards d'euros. Donc le Vatican ne risque pas la faillite. Le Vatican emploie 5.000 collaborateurs entre l'État et le Saint-Siège mais aucun licenciement n'a été annoncé. La Curie Romaine qui regroupe le gouvernement de l'Église avec 250 membres a donné un mois de salaire aux victimes du virus.

Comme pour l'économie en général, le coronavirus est venu fragilisé un édifice financier déjà abimé

Martial You
Partager la citation

Et ne manquent pas seulement les dons des chrétiens. Le Vatican vit essentiellement grâce aux 7 millions de touristes qui viennent visiter ses musées chaque année. Cette activité-là a perdu près de 20 millions d'euros en 2 mois. Ensuite, le Vatican a réduit les loyers qu'elle perçoit auprès des commerces qui jalonnent les environs de Saint-Pierre de Rome. Et puis, surtout, le Vatican, c'est aussi une banque qui fait fructifier les dons sur les marchés financiers. Et bien entendu, cette activité-là a aussi beaucoup perdu depuis le début de l'année.

En France aussi, l'Église va souffrir de la fermeture des lieux de culte. On a un point noir : Lourdes, qui a partiellement rouvert samedi. C'est la deuxième ville hôtelière de France juste après Paris. On estime que le confinement et les mesures d'hygiène vont faire perdre 8 millions d'euros au sanctuaire. Mais c'est surtout un énorme coup dur qui risque d'avoir des conséquences plus globales sur l'économie de la région car Lourdes représente un tiers de la richesse dégagée chaque année dans les Hautes-Pyrénées.

À lire aussi
Le commissaire européen français Pierre Moscovici économie
Pierre Moscovici nommé à la tête de la Cour des comptes

Il y a de nombreux emplois derrière la grotte et c'est d'autant plus douloureux que des efforts importants de gestion avait été faits ces dernières années pour remettre les comptes du sanctuaire dans le vert... On y était arrivé l'an dernier. Mais, plus globalement, les rentrées d'argent de l'Église en France sont en baisse et cela fait maintenant de nombreuses années que le Denier du Culte baisse. Le don des croyants, c'est quasiment la moitié du budget de l'Église. Entre 2008 et 2018, un tiers des donateurs ont disparu.

Ceux qui restent donnent plus mais cela ne compense pas. Les dons diminuent d'environ 2% par an. Et en 2019, on a eu, en plus, l'effet cumulé de ceux qui étaient assujettis à l'ISF. Sa disparition a aussi fait disparaitre une partie des dons défiscalisés. Et le Denier du Culte a été concurrencé par l'appel au don pour restaurer Notre-Dame de Paris. Comme pour l'économie en général, le coronavirus est venu fragiliser l'édifice financier de l'Église qui était déjà abimé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Vatican Religions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants