2 min de lecture Économie

Coronavirus : baisse des ventes d'alcool depuis le début du confinement

L’impact de la crise du coronavirus se retrouve aussi dans nos verres. Depuis le début du confinement, un quart des français a réduit sa consommation d’alcool. Et le secteur des spiritueux est particulièrement à la peine.

Micro générique Switch 245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : baisse des ventes d'alcool depuis le début du confinement Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Youen Tanguy

C’est un peu une légende urbaine à laquelle on tord le cou. Pendant le confinement, un quart des français a réduit sa consommation d’alcool, selon une étude de Santé Publique France. Et ça se retrouve dans les chiffres des ventes en grandes surfaces. 

La grande distribution a en effet enregistré une hausse des ventes de produits alimentaires de 26% depuis mars avec la ruée dans les magasins au début du confinement, mais une baisse des ventes d’alcool de 3,4%. 

Seules exceptions : le Gin a vu ses ventes progresser de 14% et le Rhum de 7,5% en avril. Ces deux alcools ont su se réinventer et ont plutôt le vent en poupe au moment des apéros. D'ailleurs, les ventes de ces deux alcools sont en hausse depuis quelques temps.

Pour les autres, ces baisses ne sont pas sans conséquences. Effectivement parce que vous avez souvent des PME derrière les grandes marques de spiritueux, les deux tiers des producteurs de liqueurs en France ont dû mettre leurs salariés au chômage partiel depuis la mi-mars. Et le coronavirus agit avec l’économie comme avec nous, il s’attaque d’abord aux plus fragiles. 

La fermeture des cafés et des restaurants, coup dur

À lire aussi
Emmanuel Macron lors d'une interview télévisée le 14 juillet 2020 réforme des retraites
Réforme des retraites : "Je ne m'obstine pas à la faire tout de suite", dit Macron

Il y a moins de ventes en grandes surfaces mais la fermeture des cafés et des restaurants est aussi un coup dur puisque cela représente entre 10 et 30% du chiffre d’affaire des spiritueux. On se souvient que des stocks d’alcool ont été utilisés pour faire du gel hydroalcoolique et qu’on a dû jeter des litres de bières non vendus car le marché subit des vents contraires qui avaient commencé à souffler avant le confinement.

2019 avait pourtant été une année record pour les exportations de vins et de spiritueux dans le monde : + 5,9%. Et c’est important. Les ventes de vins et spiritueux sont en effet le deuxième secteur d'exportation à l’international derrière l’aéronautique et devant le luxe et la cosmétique. 

Des conséquences lourdes

Mais, du coup, cela nous expose aussi plus que les autres aux aléas internationaux. Et fin 2019, on a commencé à voir s’accumuler les nuages noirs. Notre premier marché à l’export, ce sont les Etats-Unis. La moitié de la production de Cognac, par exemple, est vendue là-bas. Mas en octobre dernier, Donald Trump avait augmenté les taxes douanières. 

Au même moment, l’autre marché, la Chine, était secoué par les manifestations à Hong Kong et on s’orientait vers un Brexit dont on ne savait pas comment il allait impacter le commerce. Ajoutez à ça, en France, la loi EGALIM qui a fait augmenter les prix des spiritueux de 5 à 8%.

Tout ça a déjà fragilisé la fin 2019 et le début 2020 avant même que le coronavirus n’arrive. Et on voit bien que la pandémie va avoir des conséquences lourdes puisqu’elle a touché fortement les marchés les plus dynamiques pour les spiritueux : Asie avec Chine et Japon et aujourd’hui Etats-Unis. C’est un secteur, comme le tourisme, qui a été immédiatement frappé et qui risque de subir l’impact du ralentissement économique jusqu’au bout. Premier touché et peut-être dernier à repartir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Coronavirus Vins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants