3 min de lecture Confinement

Coronavirus : les assureurs ont-ils profité de la crise comme l'affirme Xavier Bertrand ?

ÉDITO - Le président des Hauts-de-France s'en est pris dimanche 29 novembre aux assureurs, et à leur comportement pendant la crise sanitaire.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Les assureurs ont ils profité de la crise de la Covid comme l'affirme Xavier Bertrand? Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Sarah Belien

Xavier Bertrand s'est interrogé sur "l'effort de guerre" des compagnies d'assurance pendant la pandémie, demandant que le gouvernement les pousse à indemniser les commerçants et les restaurateurs victimes de fermeture administrative à cause du confinement. S'ils ne le font pas, dit le président des Hauts-de-France, il faut les taxer. Il rejoint ici François Ruffin, député de la France insoumise.

Si ces déclarations résonnent, c'est pour deux raisons. D'abord parce que Xavier Bertrand est l'un des personnages politiques principaux du pays, et aussi parce qu'il a été lui-même assureur. On se dit qu'il connaît quand même bien ce monde-là.

Il y a deux fronts. Le premier, c'est l'assurance des restaurateurs. 7% des contrats souscrits par ces entreprises prévoyaient plus ou moins explicitement le risque de pandémie. Et pourtant, les assureurs ont refusé d'indemniser, en arguant des circonstances singulières : puisque la fermeture a touché plusieurs établissements simultanément, disent-ils, c'est un risque de grande ampleur, qui n'est pas assurable, qui appartient à l'État et ne peut être porté par une compagnie privée. Et on ne vous rembourse pas les pertes d'exploitation.

En gros, puisque c'est une pandémie, qui concerne par définition tout le monde, vous n'êtes pas assuré. Alors que le contrat mentionnait, au moins dans certains cas, le mot "pandémie". Les assureurs voudraient en fait que les dégâts soient pris en charge par une formule analogue à celle des catastrophes naturelles, où c'est l'État qui règle la note.

La justice sollicitée

À lire aussi
Coronavirus France
Couvre-feu : plusieurs fêtes illégales interrompues ce week-end en France

Plusieurs dizaines de plaintes sont en cours, quelques-unes ont été jugées, de façon contradictoire. Tantôt ce sont les restaurateurs qui ont eu gain de cause, tantôt les compagnies. Ce qui a déchaîné les restaurateurs, c'est qu'ils ont reçu, il y a quelques jours, un avenant à leur contrat mentionnant explicitement que le risque pandémique en est exclu, ils devaient le signer, faute de quoi ils ne seront plus assurés à partir de l'année prochaine.
 
Emmanuel Macron a aussi critiqué les assureurs. Et il y a eu plusieurs réunions entre eux et les pouvoirs publics, à la fois pour tenter de mettre sur pied ce futur régime d'assurance Pandémie, qui donnerait lieu à une cotisation nouvelle, et pour faire cracher au bassinet les compagnies, avec un fonds de solidarité et des mesures d'aides aux entrepreneurs.

La Fédération française des sociétés d'assurance explique d'ailleurs que ses membres ont promis 2,3 milliards d'euros pour les populations et les entreprises les plus touchées. Le fait est qu'il a fallu quand même secouer l'arbre pour que les pommes tombent.

Les assurances auto profitent de la crise

Le second front est celui des assurances auto. À cause du confinement, les accidents ont considérablement diminué, et avec eux, les dommages assurés, et donc les coûts. UFC Que-Choisir estime a plus de deux milliards d'euros le bénéfice que les compagnies et mutuelles en ont retiré.

La MAIF a décidé de restituer à ses sociétaires 100 millions d'euros, mais l'initiative n'a pas été suivie par tous. Au total, les assureurs sortent de la crise avec une image passablement endommagée. Alors que, curieusement, les méchants traditionnels, les banques, s'en sortent pas trop mal, beaucoup mieux en tout cas que durant la crise de 2009.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Assurances Crise économique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants