2 min de lecture Nouvelle année

Nouvel An 2020 : pourquoi l'année commence le 1er janvier

ÉCLAIRAGE - Le 1er janvier marque le passage à la nouvelle année dans le calendrier occidental contemporain. Pourtant, cela n'a pas été toujours le cas.

Un calendrier (illustration)
Un calendrier (illustration) Crédit : Pxhere
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Septembre signifie le septième mois, octobre le huitième, novembre le neuvième, décembre le dixième... Et pourtant, septembre est le neuvième mois du calendrier, octobre le dixième, novembre le onzième et décembre le douzième. De quoi en perdre son latin ? C'est que l'année n'a pas toujours commencé le 1er jour du mois de janvier

Si vous comptez bien, pour que septembre soit le septième mois, il faut que mars soit le premier mois de l'année. C'était le cas dans le calendrier julien, dont notre est l'héritier direct, comme le rappelle Futura-Sciences. Avec lui, naissent les 12 mois, ainsi que leur nom, et leur durée. 

Ce calendrier reste en vigueur jusqu'à la fin du XVIe siècle en France. En 1564, le roi Charles IX fixe le premier jour de l'année au 1er janvier par l'édit de Roussillon. L'année commençait avant cela à Pâques (comme le précise la version de l'édit sus-mentionnée). Mais comme c'est une fête mobile, la durée de l'année variait. 

De plus, cette norme d'un début de l'année à Pâques n'était pas appliquée dans toutes les villes, certaines préférant Noël, comme à l'époque de Charlemagne ou l'Annonciation, le 25 mars, qui correspond à l'annonce de l'ange à Marie qu'elle allait accoucher de Jésus, ce qui peut s'apparenter au début de l'histoire de Jésus, à sa conception. Une harmonisation s'imposait en cette période de centralisation et d'affirmation du pouvoir royal. 

Du calendrier julien au calendrier grégorien

À lire aussi
Un calendrier (illustration) Nouvelle année
2020 : pourquoi la nouvelle année est-elle bissextile ?

Cette réforme ne deviendra "universelle" qu'avec la réforme grégorienne. L'année du calendrier julien est fixée à 365 jours et un quart : elle dure 11 minutes et 14 secondes de plus que le temps que met la Terre pour faire le tour du Soleil, explique Jérôme Delatour dans La Réception du calendrier grégorien en France (1582). 

Ce passage par l'origine romaine du calendrier permet explique la raison pour laquelle, en 1582, le pape Grégoire XIII adopte un nouveau calendrier : à la fin du XVIe siècle, il existait un décalage de quelque treize jours entre "l'année solaire" et l'année telle que calculée par le calendrier julien. Si c'est un pape qui s'est inquiété de l'affaire, c'est que cela faussait le calcul de la date de Pâques.

Le pape adopte alors un texte, la bulle Inter Gravissimas (nommée ainsi en raison de ses premiers mots : "Parmi (inter) nos graves (gravissimas) fonctions pastorales...), qui réforme le calendrier. Dix jours d'avance sont supprimés, et pour éviter tout décalage, les années multiples de 100 mais non-multiples de 400 ne sont plus bissextiles. Ainsi, les mois de février 1700, 1800 et 1900 avaient 28 jours, mais le mois de février avait 29 jours en 1600 et 2000.

C'est avec la réception de ce texte que l'ensemble du monde catholique, puis les protestants et donc le monde entier, adoptèrent le 1er janvier comme premier jour de l'année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nouvelle année Nouvel An Histoire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants