1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 18h - Manifestations anti-passe sanitaire : 214.845 manifestants dans la rue
3 min de lecture

Les infos de 18h - Manifestations anti-passe sanitaire : 214.845 manifestants dans la rue

Ce samedi 14 août, et sous une chaleur estivale, une nouvelle forte mobilisation dans la rue a eu lieu contre le passe sanitaire dans toute la France.

A Nantes, des manifestants étaient dans la rue ce samedi 13 août
A Nantes, des manifestants étaient dans la rue ce samedi 13 août
Crédit : SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP
Passe sanitaire : un nouveau samedi de manifestations dans la rue
19:31
Le journal RTL de 18h du 14 août 2021
19:31
Nerissa Hemani & La rédaction de RTL - édité par Julien Vattaire

Du jamais vu pour un week-end du 15 août. Alors que l'usage du passe sanitaire a été étendu depuis pratiquement une semaine, les opposants sont toujours dans la rue. Les autorités ont recensés 217 actions, pour seulement 11 interpellations et un blessé parmi les forces de l'ordre. 

Un total de 214.845 personnes, dont 13.900 à Paris, ont défilé samedi pour le cinquième week-end consécutif contre le passe sanitaire, soit une mobilisation en baisse par rapport à samedi dernier, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Après cinq heures de marche à travers Paris, dans une ambiance plutôt festive, plusieurs milliers de manifestants sont arrivés dans le calme. Pancartes toujours à la main, ils ont scandé des slogans déjà bien connus des manifestants, à l'instar de "Macron, ton pass, on n'en veut pas"

Dans le cortège, se trouvaient beaucoup de primo-manifestants mais aussi des familles entières, dont les parents sont inquiets pour leurs enfants. "Ce n'est pas une partie de plaisir. Comme vous le voyez, il fait 30 degrés. Je pourrais être au parc avec mes enfants. Mais, je préfère défendre mes libertés qui seront les leurs demainVacciner, c'est un droit. Ne pas vouloir, ça en est un autre. On n'a pas envie d'être traités comme des Français de seconde zone", indique, par exemple, un père de famille. 

À lire aussi

"Je suis citoyenne. J'ai mes droits. Je paie mes impôts, je travaille. Aujourd'hui, je n'ai plus le droit d'emmener mon fils à la piscine. Aujourd'hui, je ne peux plus l'emmener au restaurant. Aujourd'hui, il n'a pas le droit d'aller dans un parc d'attraction. C'est quoi la prochaine étape ? Il nous reste que la rue", réplique à son tour une mère de famille. 

Tous se disent avoir peur de se faire injecter une vaccin encore en phase expérimentale. Mais, dans les cortèges, on croise aussi quelques vaccinés. "Je suis vacciné mais contre le passe sanitaire. En tout cas, nous sommes dans la rue car c'est une mesure anti-démocratique. On veut licencier des gens pour motif qu'ils ne seraient pas vaccinés. C'est extrêmement grave et on va continuer jusqu'à cette loi soit retirée", a réagi de son côté, Nino, 22 ans et étudiant.  

Un rassemblement des anti-passe sanitaire a également eu lieu à Lille. Il a réuni près de 4.000 personnes. Il y a eu quelques affrontements mais la manifestation s'est terminée dans le calme. 

Comme la semaine dernière, Arnaud faisait partie du cortège qui a défilé : "Ce n'est plus une bataille entre les pros et les antivaccins, c'est plutôt une bataille entre les pros et anti-passe sanitaire. J'ai perdu des amis, des collègues, tout simplement. Tout ça parce que il y a une fracture sociale, amicale, fraternelle entre les gens. Mais, je peux vous dire qu'aujourd'hui dans la manifestation, mon collègue est vacciné. Moi, je ne le suis pas."

À écouter également dans ce journal

Epidémie - En Martinique, la situation sanitaire dramatique conduit à de nouveaux transferts de malades pour désengorger les services de réanimation. Six patients atteints du Covid-19 vont décoller dans les prochaines heures de Fort-de-France pour prendre la direction de la métropole. 

Séisme - De magnitude de 7.2, il a eu lieu ce samedi 14 août à Haïti. Le dernier bilan fait état de 227 morts et de nombreux dégâts matériels, notamment aux Cayes, troisième plus grande ville de l'île. Le gouvernement a décrété l'état d'urgence pour plus d'un mois.

International - En Afghanistan, les talibans sont aux portes de Kaboul. Ils ne sont plus qu'à une cinquantaine de kilomètres de la capitale afghane. En quelques jours seulement, leur offensive leur a permis de reprendre le contrôle de la plupart des grandes villes du pays. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/