1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : les parcs d'attractions sont-ils privilégiés ?
2 min de lecture

Coronavirus : les parcs d'attractions sont-ils privilégiés ?

FACT CHECKING - Depuis les décrets du 1er et du 7 juin 2021 concernant l’accueil du public pour les spectacles en salles et en plein air, il y a une tension entre les organisateurs de festivals et les dirigeants des parcs d’attractions.

Une montagne russe dans un parc d'attraction.
Une montagne russe dans un parc d'attraction.
Crédit : LLUIS GENE / AFP
Déconfinement : un traitement de faveur pour les parcs d'attractions ?
02:47
Déconfinement : un traitement de faveur pour les parcs d'attractions ?
02:47
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

Plutôt festival ou parc d’attractions pour vos vacances ? Dans tous les cas, il va falloir choisir son camp. Depuis les décrets du 1er et du 7 juin 2021 concernant l’accueil du public pour les spectacles en salles et en plein air, il y a en effet une tension entre les organisateurs de festivals et les dirigeants des parcs d’attractions. 

Dans Le Figaro, la déléguée générale du Syndicat des musiques actuelles (SMA), explique : "Nous avons découvert un vrai problème d’équité dans le décret du 1er juin, qui liste les lieux devant se soumettre au passe sanitaire". Il est vrai qu’en y regardant de plus près, quelque chose ne colle pas

Dans ces décrets est précisé que les pass sanitaires sont exigés si un spectacle en plein air accueille plus de 1.000 spectateurs, ce qui est le cas des festivals qui se tiendront cet été . Une règle qui n’est pas appliquée en revanche pour les parcs d’attractions, qui peuvent accueillir du public sans passe sanitaire. C’est même une précision presque commerciale sur les sites du Parc Astérix, du Puy du Fou ou Disneyland Paris. Le port du masque restera néanmoins obligatoire dans les travées. 

Des incohérence qui ne datent pas d'hier

Si une telle différence existe entre les parcs d'attractions et les festivals, c’est une affaire de persuasion et de ce qu'on appelle, du lobbying. Dès le 14 mai, le SNELAC, Syndicat National des Espaces de Loisirs, d'Attractions et Culturels, qui regroupe les parcs d’attractions, tweetait sa joie d’avoir été entendu par les membres du gouvernement et d’éviter la mise en place du passe sanitaire qui pourrait avoir un impact sur les ventes de places. Par contre, les parcs d’attractions doivent aussi se plier à un protocole strict. 

À lire aussi

Quant aux attractions en elles-mêmes, elles sont remises en marche depuis le 9 juin. Pour l'instant, on assiste à moins de spectacles en extérieur car une limitation en nombre de spectateurs est demandée. Un nouveau protocole devrait voir le jour le 30 juin et la grande question est la suivante : y aura-t-il encore une exception pour les parcs d’attractions ? 

Il y a un an, les festivals avaient été tous annulés. Pourtant, 13.000 spectateurs s'étaient rendus au Puy du Fou et se sont retrouvés cloisonnés dans un espace de 5.000 spectateurs. Il n’en fallait pas plus pour dire que la famille de Villiers avait ses entrées à l’Elysée, ce qui a un peu changé depuis... Le festival des Vieilles Charrues, lui, a annoncé que les spectateurs seront debout et non plus assis comme prévu avec une jauge de 5.000 personnes par soirée pendant 10 jours mais debout et la préfecture a dit "oui". Il y a des chances que cela fasse parler.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/