1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : pourquoi les Talibans reviennent en force
2 min de lecture

Afghanistan : pourquoi les Talibans reviennent en force

ÉCLAIRAGE - Les talibans maintenaient lundi la pression sur le nord de l'Afghanistan, après y avoir pris le contrôle de six capitales provinciales.

Des personnes brandissent des drapeaux talibans dans la ville frontalière pakistanaise de Chaman le 14 juillet 2021
Des personnes brandissent des drapeaux talibans dans la ville frontalière pakistanaise de Chaman le 14 juillet 2021
Crédit : Asghar ACHAKZAI / AFP
Afghanistan : comment expliquer cette avancée rapide des Talibans ?
01:47
Thomas Pierre & Emilie Baujard & AFP

Cela n'aura été finalement qu'une question de semaines. Les talibans se sont emparés ce lundi 9 août d'Aibak, dans le nord de l'Afghanistan. Il s'agit de la sixième capitale provinciale à tomber entre leurs mains en seulement quatre jours. Dimanche, en quelques heures, Kunduz, la grande ville du nord-est, Taloqan, 50 km à l'est, et Sar-e-Pul, 400 km plus à l'ouest, étaient également passées sous leur contrôle. 


Située à 300 km au nord de Kaboul, Kunduz, déjà conquise deux fois ces dernières années par les insurgés, en 2015 et 2016, est un carrefour stratégique entre l'Afghanistan et le Tadjikistan. En cela, cette ville de près de 300.000 habitants représente la plus belle prise jusqu'ici des talibans, qui ont lancé une large offensive au début mai à la faveur du retrait des forces internationales, lequel doit être complètement achevé d'ici le 31 août.

Face à des forces afghanes privées du soutien américain, les talibans mènent désormais une campagne de conquête massive de terrain, ayant pour objectif apparent de forcer les autorités afghanes à accepter la paix aux termes dictés par les insurgés ou à subir une défaite militaire totale. En l'absence de support international, l'incapacité des autorités à Kaboul à tenir le nord pourrait ainsi s'avérer cruciale pour les chances de survie du gouvernement. 

Le nord, une place forte des talibans

Les experts estiment cependant peu probable qu'ils disposent de la puissance de feu pour entrer dans Kaboul, capitale fortifiée, défendue par des armes lourdes et l'aviation de l'armée afghane qui peuvent les tenir à distance. D'où leur offensive, dans un premier temps, sur le nord du pays. 

À lire aussi


Cette région a en effet toujours été considérée comme une place-forte face aux talibans. C'est là qu'ils avaient rencontré la résistance la plus forte au moment de leur accession au pouvoir dans les années 1990. Les talibans ont dirigé le pays entre 1996 et 2001, imposant leur version ultra-rigoriste de la loi islamique, avant d'être chassés par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

Mais les talibans mènent aujourd'hui de nouveau la danse sur le front, imposant le tempo des combats et multipliant les offensives tous azimuts, occupant des capitales provinciales et s'emparant de postes-frontière clés. En privant ainsi les autorités afghanes d'approvisionnement venu des pays voisins ou de recettes douanières tirées des postes-frontière, les talibans semblent vouloir ébranler le gouvernement pour qu'il s'écroule. 

Le retrait américain, un tournant

Si le retrait américain, qui doit être achevé d'ici le 11 septembre, mettra un terme à la plus longue guerre qu'ait connue les Etats-Unis, le conflit continue bien sur le sol afghan. Les opérations américaines étaient déjà limitées au minimum depuis la signature en février 2020 d'un accord avec les talibans prévoyant leur départ en échange de l'ouverture de négociations de paix entre ceux-ci et le gouvernement. 

Ces pourparlers sont aujourd'hui dans l'impasse. Et rien ne laisse augurer d'une fin prochaine. Les talibans semblent tout miser sur une victoire militaire, qui leur permettrait de renverser le président Ashraf Ghani. "Une fois les Américains partis, il (le gouvernement) ne tiendra même pas cinq jours", assurait ainsi fin juin le mollah Misbah, l'un des commandants des talibans. 


Une fois définitivement partis, les Américains maintiendront seulement quelques soldats sur place pour garder leur ambassade. Selon des analyses récentes des services de renseignement américains, les talibans pourraient ainsi prendre le contrôle totale du pays dans les six à 12 mois.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/