1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : les Français sont-ils prêts à faire vacciner leurs enfants ?
4 min de lecture

Coronavirus : les Français sont-ils prêts à faire vacciner leurs enfants ?

REPORTAGE - Les enfants se trouvent au cœur de la cinquième vague de Covid-19. Pour autant, les parents sont divisés sur la question de la vaccination de leur progéniture.

Un enfant de 9 ans vacciné contre la Covid-19 (illustration)
Un enfant de 9 ans vacciné contre la Covid-19 (illustration)
Crédit : JACK GUEZ / AFP
Coronavirus : les Français sont-ils prêts à faire vacciner leurs enfants ?
04:35
Coronavirus : les Français sont-ils prêts à faire vacciner leurs enfants ?
04:34
Gautier Delhon-Bugard - édité par Nicolas Barreiro

Alors que le taux d'incidence explose chez les plus jeunes, le gouvernement accélère sur la vaccination. Tous les enfants âgés de 5 à 11 ans qui sont volontaires pourraient recevoir leur première dose à partir du 20 décembre. L'exécutif attend encore le feu vert des autorités de santé. À moins de deux semaines de l'échéance, qu'en disent les principaux concernés ? 

Avant leur pause déjeuner, des parents de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et leur progéniture prennent quelques minutes pour répondre à cette question. Ce qui ressort surtout, c'est une longue hésitation. "Je sais pas, je peux pas vous dire. C'est difficile, ça se réfléchit", répond un papa un peu perdu. "Mes aînés adolescents sont vaccinés, mais lui qui va avoir 7 ans c’est encore un peu un bébé. C’est plutôt comme vecteur qu’ils sont embêtants les enfants, mais pour eux-mêmes ça n’a pas beaucoup d’importance", poursuit-il.

"Un enfant c’est un trésor pour nous et si jamais il y avait la moindre chose, on ne s’en remettrait jamais. Quand c’est nous à la limite mais pas notre enfant. Si jamais il y a un effet secondaire grave pour lui, on ne s’en remettrait jamais", s'inquiète un autre. "C’est une décision collégiale qui se prend en famillependant les fêtes on verra. En tout cas chez nous tout le monde est vacciné chez les adultes. Mais chez les enfants, la question se pose", confie un père. De nombreux parents attendent une information claire, précise, avec des données scientifiques. Tous ont besoin d'être rassurés. 

Certains parents ont fait leur choix

Certains ont des idées bien plus arrêtées. C'est le cas de Guillaume, papa d'une petite de six ans. Face à l'explosion du taux d'incidence chez les 6-10 ans et aux nombreuses fermetures de classes, le quinquagénaire prendra rendez-vous dès que possible pour sa fille.
 
"Je suis en télétravail donc c’est vrai que c’est compliqué avec les enfants à la maison quand les classes ferment. Donc voilà, la vaccination ça permettrait de garder les enfants à l’école et de continuer à travailler", témoigne Guillaume.

À lire aussi

Au contraire, Lise dit refuser de vacciner sa fille de cinq ans. "Je suis infirmière de base. Pour les enfants, on ne connaît pas les effets indésirables du vaccin. Déjà sur les grands il y a beaucoup d’effets secondaires comme des problèmes cardiaques. Et sur un enfant, on ne sait pas ce que ça pourrait faire. En plus on sait que les enfants sont moins touchés que nous, la forme est beaucoup moins grave, donc pourquoi ne pas laisser le corps se défendre naturellement", demande la mère de famille. "Cela n’évite pas le danger. Je connais beaucoup de gens qui ont reçu les deux doses et qui attrapent quand même le coronavirus".

Qu'en pensent les enfants ?

On dit traditionnellement que les enfants répètent ce qu'il ont entendu à la maison. En tout cas, ces élèves de CE1 et CE2 possèdent déjà un argumentaire bien aiguisé. "Déjà les parents ils supportent pas les effets secondaires, alors j’imagine pas nous. Donc je ne me ferai pas vacciner", affirme un élève. "Moi, je pense que le vaccin il sert à rien, nous nos parents ils veulent pas", réagit un autre.

Théo, neuf ans, est indécis. "Je suis pour et contre. Pour, parce qu'après comme ça, comme tout le monde sera vacciné, ça peut nous éviter de l’avoir plus fort. Contre à cause des effets secondaires". Il est pour l'instant le seul de ses copains à accepter une éventuelle injection.

Et les professionnels de santé ?

La communauté scientifique est divisée concernant la vaccination des enfants. La Haute Autorité de Santé (HAS) le recommande déjà pour les plus fragiles et pourrait le généraliser aux 6 millions de 5 -11 ans. C'est assez logique pour de nombreux spécialistes au vu de la circulation du virus. Chez les pédiatres, on a déjà vacciné environ 22.000 enfants, mais il s'agit de patients à risque, car pour le reste, la profession est plus mesurée.
 
"Il s’agit ici de vacciner une tranche d’âge qui n’est pas victime d’une forme sévère de la maladie et donc il faut être sûr qu’il n’y a pas d’effets secondaires, qu’on ne les expose pas à un risque plus élevé en les vaccinant qu’en ne les vaccinant pas, mais pour l‘instant, on manque encore un peu de données", explique Fabienne Kochert présidente de l'association française de pédiatrie ambulatoire. "Considérer actuellement de vacciner les enfants alors qu’il y a encore beaucoup d’adultes non-vaccinés, c’est un petit peu rapide", poursuit-elle.

Quatre millions d'écoliers ont déjà reçu une première dose aux États-Unis. Depuis le 29 octobre, aucun signalement n'a été fait. Le Canada et Israël ont également ouvert la vaccination aux plus jeunes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/